NOUVELLES

États-Unis : l'exécution d'un handicapé intellectuel suspendue pour une troisième fois

15/07/2013 07:09 EDT | Actualisé 14/09/2013 05:12 EDT

Un prisonnier reconnu comme handicapé intellectuel a obtenu lundi une troisième suspension de son exécution, prévue le jour même dans l'État américain de Georgie.

L'avocat de Warren Hill, 52 ans, en appelle à la Cour suprême, qui a jugé en 2002 l'exécution de personnes handicapées intellectuelles contraire à la Constitution. Leur handicap ferait courir le risque d'une exécution arbitraire. Chaque État dispose de lois différentes sur la reconnaissance du retard intellectuel, le terme juridique employé, et les critères de la Georgie sont les plus stricts du pays.

En 2000, trois médecins avaient estimé que Warren Hill ne remplissait pas les critères. Ces mêmes médecins se sont ravisés en février. Ils ont déclaré Warren Hill handicapé intellectuel « au-delà d'un doute raisonnable ».

Ces nouveaux témoignages ne sont cependant pas admissibles à cause de restrictions sur les possibilités d'appel sur le fond du dossier.

C'est donc un recours relatif au produit injecté pour donner la mort qui a forcé le report de trois jours de l'exécution. Une audience aura lieu jeudi matin pour examiner ce recours et l'exécution devrait être programmée à 19 h.

Une loi votée récemment en Georgie permet aux autorités de garder secrète l'origine du produit injecté. Il est cependant très difficile de se procurer ces substances, de nombreux pays en interdisant la vente. Les avocats craignent que l'État n'importe des produits par des voies détournées et qui risqueraient de faire inutilement souffrir Warren Hill.

De nombreuses voix s'élèvent en soutien au condamné à mort, dont celle de l'ancien président Jimmy Carter

Alors qu'il purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour le meurtre de sa compagne, Warren Hill a été condamné à mort en 1990 pour avoir tué, à l'aide d'une planche à clous, un prisonnier.

PLUS:rc