Festival d'été de Québec: Stevie Wonder, un concert mémorable (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
STEVIE WONDER
Marc Young

Le Festival d'été s'est clôturé sur une note magnifique hier soir sur les plaines alors que Stevie Wonder a offert un spectacle rempli d'amour, d'humour et d'émotion. Le concert sous les étoiles, dédié par l'artiste aux sinistrés et aux victimes de la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic, mais aussi à la famille de Trayvon Martin, ce jeune Noir tué en Floride en 2012, restera gravé dans les mémoires.

Celui qui a remporté 22 Grammy Awards durant sa carrière est arrivé sur scène vêtu d'une tunique africaine, détendu et souriant, synthétiseur en bandoulière, accompagné d'une importante délégation de musiciens et leurs instruments : saxophone et trompette, percussions de toutes sortes, guitares, piano. Débutant avec le classique de Marvin Gaye, How Sweet It Is (To Be Loved By You), le ton était donné : la soirée serait sous le signe de la grande communion et de la fête puisque la foule s'est transformé naturellement en immense choeur. Et on a vite pu constater toute l'entendue de son répertoire : funk, jazz, rhythm & blues, soul et pop. Sa plus grande richesse est sa voix exceptionnelle: elle emprunte tous les registres. L'effet est sublime lorsqu'appuyé par celles des quatre choristes (dont sa fille Aisha).

Un vaste répertoire

Très généreux, Stevie Wonder a non seulement chanté ses grands succès pendant plus de deux heures: Higher Ground, My Cherie Amour, Master Blaster, Overjoyed, I Just Called to say I Love You, Superstition, mais s'est également permis plusieurs clins d'oeil à d'autres artistes dont l'influence est incontestable. Ainsi, la foule a pu chanter Waiting In Vain de Bob Marley, The Way You Make Me Feel de Michael Jackson, Day Tripper dans une version très jazz, Michelle des Beatles (chantée a capella par la foule) mais aussi Lady Marmelade de Patti Labelle et même Édith Piaf. Il a su utiliser plusieurs instruments au cours de la soirée, s'installant tantôt au piano, tantôt jouant de l'harmonica ou de cet instrument particulier qu'est le harpejii.

Un concert humaniste

L'artiste américain a donné plusieurs frissons à la foule quand, enlevant ses fameuses lunettes noires, essuyant quelques larmes, il s'est permis une diatribe humaniste sur la justice. «Il ne faut pas juger les gens, ni sur leurs avoirs, ni sur l'apparence, mais bien sur la grandeur d'âme et le coeur», a t-il dit en substance. Politisant son spectacle, il s'est montré très ému en évoquant le verdict du procès Trayvon Martin. «Je ne jouerai plus jamais en Floride a t-il dit, ou nul part ailleurs dans le monde où une loi «stand your ground» existe, créant une onde de choc. Puis, la grande célébration de la musique a repris son cours avec la chanson joyeuse Happy Birthday, composée en hommage à Martin Luther King et s'est terminé par une ovation monstre après Another Star. Une légende est passée par les plaines.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Festival d'été de Québec 14 juillet 2013
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction