NOUVELLES

Les rebelles syriens nient avoir utilisé du gaz sarin, comme l'affirme la Russie

10/07/2013 03:27 EDT | Actualisé 08/09/2013 05:12 EDT

Le principal groupe de l'opposition syrienne soutenu par les pays occidentaux a rejeté, mercredi, les accusations de la Russie selon lesquelles les rebelles ont fabriqué du gaz neurotoxique sarin et en ont utilisé lors d'une attaque meurtrière près d'Alep en mars.

Le Conseil national syrien a affirmé que ces accusations étaient « désespérées » et « fabriquées de toutes pièces ». La Russie est un allié-clé du régime du président syrien Bachar Al-Assad.

L'utilisation d'armes chimiques dans la guerre en Syrie est une question explosive et pourrait déterminer si les pays occidentaux renforceront leur aide aux rebelles. Le président des États-Unis, Barack Obama, a déjà affirmé que l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien était une « ligne rouge » à ne pas franchir.

L'ambassadeur de Russie à l'ONU, Vitali Chourkine, a blâmé les combattants de l'opposition pour l'attaque du 19 mars à Khan Al-Assal, en banlieue d'Alep, une zone contrôlée par les forces gouvernementales. L'attaque avait fait 26 morts, dont 16 soldats, ainsi que 86 blessés, selon le gouvernement syrien.

Les rebelles ont blâmé le gouvernement pour cette attaque. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont déclaré n'avoir aucune preuve que les rebelles ont obtenu ou utilisé des armes chimiques.

« Les preuves fournies par les parties qui soutiennent le régime tyrannique de Bachar Al-Assad avec de l'argent, des armes et des munitions sont fausses et clairement fabriquées de toutes pièces », affirme un communiqué du Conseil national syrien, un groupe composé de dissidents en exil.

« La récente analyse de la Russie sur l'utilisation d'armes chimiques à Khan Al-Assal est une tentative désespérée de la Russie pour tromper le monde et justifier les crimes du régime », ajoute le communiqué.

Associated Press

La Presse Canadienne

PLUS:rc