DIVERTISSEMENT

James Cameron estime que la 3D n'est pas indispensable à certains blockbusters

09/07/2013 12:12 EDT | Actualisé 08/09/2013 05:12 EDT
Reuters

James Cameron en a gros sur la patate. Le cinéaste américain s'épanche depuis plusieurs années sur la 3D et son utilisation. Il juge notamment que la conversion de certains films pourrait porter préjudice à l'industrie du cinéma.

Particulièrement critique, le réalisateur d'Avatar et de Titanic a dénoncé l'utilisation "mercantile" de la 3D faite par Hollywood lors d'une discussion entre collègues avec le cinéaste mexicain Alfonso Cuaron (Children of Men).

"Il y a plusieurs différences entre tourner en 3D et convertir un film en 3D. Avatar a changé les films, bons ou mauvais, en longs métrages potentiellement convertibles. Le problème, c'est que au lieu d'être une question posé aux cinéastes, la décision de la 3D est prise par les studios et motivée par des enjeux financiers."

Extrait de la diatribe de James Cameron:

Il nomme ainsi Man of Steel, le Superman de Zack Snyder, et Iron Man 3 décrits comme "spectaculaires sans avoir besoin d'atours supplémentaires." Cameron qui défendait la technologie comme "une énorme impulsion au cinéma" en 2010 craint sa banalisation.

L'année dernière, James Cameron avait déjà remis en cause l'existence de Piranha 3D: "j'essaye de ne jamais dire du mal des films mais celui-ci est l'exemple typique d'une mauvaise utilisation du format. Il ressemble aux très mauvais films d'horreur en 3D des années 1970 et 1980 comme Vendredi 13."

"Heureusement, le public est intelligent et va faire la différence entre les films qui mérite d'être en 3D et les autres. Quant aux studios, ils ont tout intérêt à ne pas noyer le marché."

Pour rappel, James Cameron est l'auteur de Piranha 2.

INOLTRE SU HUFFPOST

James Cameron, en quelques titres