NOUVELLES

Mieux protéger le personnel

08/07/2013 02:35 EDT | Actualisé 06/09/2013 05:12 EDT

Une image vaut mille mots. Celle du caméraman percuté par la roue de Mark Webber au Nürburgring a fait le tour du monde et a obligé la F1 à réagir rapidement.

Un texte de Philippe Crépeau

D'abord, au sujet du caméraman blessé, l'hôpital de Koblenz a confirmé que Paul Allen est soigné pour deux côtes fêlées et une clavicule cassée et, qu'une fois guéri, il ne devrait avoir aucune séquelle. Donc, plus de peur que de mal... Ensuite concernant les leçons à tirer de l'incident, Bernie Ecclestone a dans un premier temps tenu à rappeler que son employé avait été très malchanceux.

« C'est triste à dire, mais c'est un coup de malchance. Il y avait plein de mécaniciens, et le pneu aurait pu en frapper un. Le caméraman regardait au mauvais endroit, au mauvais moment (NDLR : en fait, il filmait la sortie des puits). Dorénavant, les caméramans devront faire leur travail depuis le muret des puits. »

Paul Allen fait partie des 6 cameramans de la Formula One Management (FOM) autorisés à filmer dans les puits pour la retransmission des courses. Ils ne portent aucun équipement de protection, tout comme les photographes autorisés. Cela va changer. Les patrons des équipes ont suggéré que toute personne appelée à travailler dans les zones des puits pendant que les voitures tournent soit protégée.

« Heureusement, nos mécaniciens ont vu arriver le pneu, mais pas le cameraman, a expliqué Ross Brawn, patron de l'équipe Mercedes-Benz, à F1 Times. Ce n'était pas beau à voir. À la lumière de ce qu'on a vu, il faudrait que tous dans la zone des puits soient protégés en conséquence. Tous devraient être casqués. Ça vaut la peine de tirer les leçons de cet accident. »

« Les mécaniciens ont un équipement de protection, il faudrait que tous ceux et toutes celles qui ont à travailler dans la zone des puits soient protégés », a dit le patron de Red Bull, Christian Horner au réseau britannique Sky Sports.

Rappelons que l'équipe Red Bull a reçu une amende de 30 000 euros (41 000 $CA) pour avoir libéré Mark Webber avant que la roue arrière gauche soit fixée.

Ce qu'il faut tirer comme leçon de cet incident, c'est que si Red Bull avait retenu Webber le temps que les mécaniciens finissent leur travail, il n'y aurait pas eu d'incident. Donc, quelque chose a déraillé dans la procédure d'arrêt de l'équipe.

Alors, oui aux équipements de protection pour tous dans les puits (entre nous, le port du casque n'aurait pas empêché Paul Allen d'être percuté par le pneu). Mais il faudrait surtout revoir les façons de faire pendant les changements de pneus, où trouver une façon de bloquer la voiture tant que les quatre roues ne sont pas bien fixées.

PLUS:rc