DIVERTISSEMENT

Festival International du Blues de Tremblant : Steve Strongman, la force tranquille

08/07/2013 11:32 EDT | Actualisé 07/09/2013 05:12 EDT
Ismaël Houdassine

MONT-TREMBLANT — Steve Strongman est devenu en quelques années l’homme fort du blues canadien. Lauréat du Juno du meilleur album blues de 2013 avec son dernier disque A Natural Fact, l’artiste a su charmer par son authenticité, ses compositions faites de mélodies blues rock et par son jeu de guitare irréprochable. Entrevue.

À Tremblant, l’élégant Steve Strongman est décidément comme à la maison. Pour une sixième année consécutive, le festival a invité l’artiste d’origine ontarienne à venir se produire et cette fois en acoustique. «Je suis ravi d’être là, a-t-il déclaré en entrevue quelques minutes avant de monter sur scène. Vous savez, je me suis fait beaucoup d’amis ici. Les Québécois ont toujours fait preuve d’une grande générosité. Après six ans, les gens me connaissent et viennent me voir».

Le musicien et interprète tient par ailleurs à souligner la longévité d’un festival qui fête sa 20e édition. «Je suis doublement heureux de me retrouver ici pour le 20e anniversaire. J’adore Tremblant et son festival de blues est devenu au fil des années un des plus importants événements du genre au pays. Le public est en grande partie responsable de ce succès. Chaque année, les gens sont présents en grand nombre. C’est très encourageant».

Même si l’on sait que tout n’a pas toujours été facile, l’artiste a maintenant de quoi sourire. Les choses vont plutôt bien pour lui. Un nouveau disque qui vient de remporter plusieurs récompenses dont le fameux Juno du meilleur album blues, une tournée des festivals à travers le monde et une reconnaissance artistique internationale : l’artiste est fier de son chemin parcouru. «Aujourd’hui, je peux dire que j’ai la chance de vivre de mon métier. Mais ce qui me rend vraiment heureux, c’est de voir le public qui continue d’apprécier ma musique».

Le blues, voilà finalement tout ce qui compte. «Ma relation avec le blues est très profonde. Pour moi, c’est une musique qui est à la base de tout. Le jazz, le country ou le rock, tous ces styles de musique me paraissent toujours venir du blues. Je ne peux pas vraiment l’expliquer, mais plus qu’une passion, le blues vit en moi».

D’ailleurs, l’artiste regrette cette tendance à constamment vouloir catégoriser les genres musicaux. «Tout est subjectif. Le blues est pluriel et représente un éventail de styles. On ne peut jamais comprendre véritablement le blues, si l’on ne le considère pas avant tout comme une émotion. Je suis aussi un admirateur de rock. Néanmoins, lorsque j’écoute le groupe Led Zeppelin, je ne peux m’empêcher de déceler dans leur musique leurs nombreuses influences blues même si je sais qu’on les considère davantage comme un groupe de rock. Pareil pour les Black Keys qui sont pour moi un groupe de blues quoiqu’on en dise».

Le blues canadien en effervescence

De temps en temps, le musicien aime retourner aux sources du blues, au cœur du Sud américain. Quand je me produis aux États-Unis, je ressens une tonne d’émotion et en particulier à Memphis. Toutefois, au Canada, on n’a rien à leur envier. Le blues connaît une effervescence incroyable. La musique blues canadienne possède dorénavant sa propre personnalité. Un son unique qui mélange de multiples influences».

À ce titre, Strongman voit l’avenir d’un bon œil. «Le blues reste encore une musique importante. Les artistes doivent continuer à travailler dur pour faire du blues une musique qui perdure. Les nouvelles générations d’artistes connaissent leur responsabilité. Ils savent qu’ils ont un devoir de continuité».

Le musicien ne donnera qu’un seul conseil à tous ces jeunes qui veulent faire du blues une musique éternelle. «Si vous êtes honnête envers vous-même, votre musique s’en ressentira. Soyez patient et travaillez dur. J’ai eu à traverser des moments de doute, mais quand vous savez que vous n’avez pas le choix, car le blues c’est tout ce qui compte pour vous, alors vous êtes dans la bonne voie».

Le Festival du Blues de Tremblant offre 150 concerts gratuits qui se déroulent du 5 au 14 juillet 2013.

Visitez le site : www.tremblant.ca/blues.

Aussi sur le HuffPost Québec

Normand Brathwaite a le blues dans le corps

Jonathon «Boogie» Long, la révélation blues venue du bayou