NOUVELLES

Festival d'été : une zone de débordement aménagée devant le Manège militaire

07/07/2013 11:45 EDT | Actualisé 06/09/2013 05:12 EDT

La direction du Festival d'été de Québec (FEQ) a aménagé cette année une zone de débordement devant le Manège militaire. Les festivaliers qui ne peuvent entrer sur le site du parc de la Francophonie pour assister à un spectacle, faute de places disponibles, peuvent donc regarder le concert sur écran géant à la place George-V.

Cette zone a été mise à contribution vendredi lors du spectacle du groupe Bad Religion. À 21 h, le parc de la Francophonie a dû fermer, soit 30 minutes avant le début du spectacle. Résultat : des festivaliers n'ont eu d'autre choix que de regarder le concert à la place George-V.

L'aménagement de cette zone ne semble cependant pas faire l'unanimité auprès des festivaliers. Ils estiment que les dirigeants du FEQ sous-estiment la popularité de certains groupes en les programmant sur de petites scènes plutôt que sur la scène principale des plaines d'Abraham.

« Ils disent : "Ah! Les groupes comme ça, il n'y aura pas tant de monde puis on va booker ça sur des scènes à côté", mais Bad Religion aurait pu avoir une scène principale une autre journée! », a lancé un festivalier vendredi soir.

Le FEQ se défend

De son côté, la direction du FEQ affirme qu'elle doit faire des choix au niveau de sa programmation. « Soit on faisait Bad Religion là, ou on ne faisait pas Bad Religion », dit le directeur général du FEQ, Daniel Gélinas.

Ce dernier plaide que la scène Bell sur les plaines d'Abraham est trop imposante pour des groupes de l'envergure de Bad Religion. Ce genre de groupe doit donc se produire au parc de la Francophonie. « On est obligé de se satisfaire d'un site de cette grandeur-là ou bien on ne le fait pas. »

« Le choix, ç'a été de dire : "Est-ce qu'on va priver 8000 personnes de voir ce spectacle-là sur ce site-là, avec une zone de débordement, ou on ne le fait pas du tout?" Pour les 8000 qui étaient sur le site, je suis certain qu'ils étaient très contents », affirme Daniel Gélinas.

Comme ce n'est pas la première fois que le site du parc de la Francophonie déborde, le FEQ dit être à la recherche d'une solution et d'un site intermédiaire. Daniel Gélinas dit cependant que l'aménagement éventuel d'une autre scène représente un problème logistique difficile à résoudre au centre-ville de Québec en raison du manque de sites.

« Dans un environnement de 10-15 minutes de marche, il n'y en a pas malheureusement. Le parc George-V ici pourrait toujours, mais ce n'est pas encore concluant et les autorités ne permettent pas encore ça. Donc, pour l'instant, on est obligé de se limiter à ça », conclut le directeur général du FEQ.

PLUS:rc