Les Black Keys au FEQ : rien à signaler (CRITIQUE/PHOTOS/VIDÉO)

Publication: Mis à jour:

Ils sont venus nombreux et de partout par cette merveilleuse soirée d'été entendre la batterie lourde, les guitares acérées et les chansons fédératrices d'un des groupes de l'heure : The Black Keys. Dan Auebach et Patrick Carney ont prouvé hors de tout doute que puissance et intensité n'ont rien à voir avec le nombre de musiciens sur scène. Et ils étaient des dizaines de milliers de festivaliers présents hier pour vous le confirmer.

Le groupe américain était donc de retour sur les plaines d’Abraham deux ans après sa première visite, un album et quelques Grammys plus tard cette fois, à titre de grande tête d’affiche de cette 46e édition du Festival d’été de Québec. Le duo blues rock qui a le vent dans les voiles grâce à ses deux plus récents albums, Brothers et El Camino, revenaient donc au sommet de sa gloire et a livré une prestation vibrante. Débutant vers 21h30, le groupe a rapidement pris le contrôle des Plaines avec un trio d’ouverture percutant et nous a livré ensuite une séance à décrasser les tympans dans un spectacle bien rodé.

Un petit air de déjà-vu

Si vous avez vu The Black Keys lors d'un récent passage, il y avait quand même un petit air de déjà-vu. C'est un spectacle sans trop d'improvisation, bien rodé, mais qui laisse peu de place à la folie. Depuis la parution du disque El camino à la fin de 2011, les Américains Dan Auerbach et Patrick Carney offrent pratiquement toujours les mêmes chansons. Auerbach, virtuose de la corde, a offert ses lignes de guitares mordantes et dissonantes qui reposent sur les rythmiques galopantes de son collègue batteur. L'écran arrière soutenant les chansons avec des images en surimposition et psychédéliques. Le spectacle s'est déroulé de façon efficace, les titres s'enchaînant les uns après les autres sans trop de pauses. Le groupe n'est pas bavard et s'exprime avant tout par la musique. Aux : «Chantez avec nous Québec», la foule répondait «Black Keys!». Ce fut essentiellement tout le dialogue. Tout était prêt pour la finale incendiaire avec les désormais célèbres Tighten up, Lonely boy et I got mine, les deux dernières étant livrées corps et âme, ce qui est le lot des Black Keys en spectacle. Le logo vintage du groupe s'illuminant en arrière-scène, sobrement, la soirée était terminée. Et réussie.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Festival d'été de Québec - 6 juillet 2013
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction