Vincent Lecavalier a vécu des jours difficiles après avoir appris que son séjour de 14 saisons à Tampa Bay était terminé.

Son entente avec les Flyers de Philadelphie a cependant mis du baume sur ses plaies.

Lecavalier et les Flyers ont officiellement conclu une entente de cinq saisons d'une valeur de 22,5 millions $US samedi. Lecavalier, l'ex-capitaine du Lightning, a dû choisir entre plusieurs destinations pour poursuivre sa carrière. Le Québécois, qui est âgé de 33 ans, a encore beaucoup de choses à offrir à une équipe de la LNH — même aux Flyers, qui procèdent présentement à une panoplie de changements après avoir raté les séries éliminatoires le printemps dernier.

«Disons simplement que Philly, avec la rencontre que j'ai eue avec eux, c'était vraiment l'endroit où je voulais jouer», a-t-il déclaré samedi. «J'ai commencé ma recherche avec, je ne dirais pas une liste assez longue, mais une liste d'environ 10 équipes, et dès que j'ai parlé avec les dirigeants de Philly, même avant de recevoir des offres, ils figuraient au haut de ma liste. J'aimais tout simplement ce qu'ils me disaient.»

Les Flyers ont aussi offert un argument de taille — ils lui ont laissé miroiter la possibilité de jouer avec le capitaine de l'équipe Claude Giroux. Ce dernier a lui-même accepté une prolongation de contrat de huit saisons d'une valeur de 64 millions $ cette semaine.

«'Vinny' est venu visiter la ville avec sa femme avant d'accepter notre offre de contrat», a souligné le directeur général des Flyers Paul Holmgren. «Je crois que sa femme lui a donné le feu vert, notamment au niveau du secteur où les joueurs habitent. Le reste appartient à l'histoire.»

Lecavalier devrait occuper un poste sur le deuxième trio des Flyers, mais pourrait être jumelé à Giroux lorsqu'ils auront besoin d'une étincelle en attaque. S'ils avaient joué ensemble au sommet de leur carrière respective, ils auraient probablement formé l'un des duos les plus menaçants de la ligue.

«Il sera employé régulièrement parmi nos meilleurs attaquants», a convenu l'entraîneur-chef des Flyers Peter Laviolette. «Je crois qu'il apportera beaucoup à notre attaque, à notre avantage numérique ainsi qu'au niveau du leadership. Acquérir un attaquant de ce calibre-là et l'ajouter à notre groupe est de toute évidence une bonne nouvelle.»

Lecavalier se dit même prêt à évoluer à l'aile droite sur le premier trio des Flyers, qui doit être pivoté par Giroux.

«Je ne me préoccupe pas vraiment de cela, particulièrement lorsqu'on te dit que tu pourrais jouer avec Claude Giroux», a-t-il expliqué. «Je suis très ouvert et très excité par cette possibilité.»

Le Lightning a coupé les ponts avec Lecavalier afin de libérer de l'espace sur sa masse salariale. Et son contrat de cadrait pas dans les plans de l'équipe, du moins pas pour les sept prochaines années et 45 millions $. Lecavalier, qui a participé au match des étoiles à quatre reprises, a été repêché au premier rang par le Lightning lors de l'encan de la LNH en 1998. Il a aidé la concession floridienne à remporter la coupe Stanley en 2004, et a inscrit 383 buts en carrière — un record d'équipe.

Loading Slideshow...
  • Quels sont les côtés potentiellement négatifs de disputer 48 matches en 99 jours?

    Le risque de blessures, qui sera accru avec le peu de repos entre les matches.

  • Y a t-il un précédent pour ce genre de calendrier?

    La saison 1994-95 a aussi été écourtée par un lock-out. Après 48 matches, les Devils ont cheminé jusqu'à la conquête de la coupe, menés par le gardien Martin Brodeur et l'entraîneur Jacques Lemaire.

  • Quel aspect pourrait bien être plus intéressant qu'à l'habitude?

    Les courses aux séries; certains clubs auront moins de marge de manoeuvre, et les points venant des gains en fusillade seront encore plus importants qu'à l'habitude.

  • Les Kings pourront-ils rééditer comme champions de la coupe Stanley?

    C'est possible. L'équipe a de la profondeur et un gardien exceptionnel en Jonathan Quick. Il sera toutefois crucial d'éviter les blessures. Anze Kopitar s'est légèrement blessé au genou en Suède, la semaine dernière, et il pourrait rater quelques matches.

  • Verra t-on plutôt une équipe canadienne détrôner les Kings?

    Les Canucks de Vancouver semblent avoir les meilleures chances, eux qui ont mené la ligue avec 111 points en 2011-12. Les Leafs, qui viennent de congédier le d.g. Brian Burke, n'ont pas accédé aux séries depuis 2004. Le CH, dernière équipe du pays à remporter la coupe, a terminé dernier dans l'Est la saison dernière. Les Oilers ont de brillants jeunes joueurs, mais peu de profondeur. Les Jets marquent peu, les Sénateurs n'ont pas la meilleure défense et à Calgary, Jarome Iginla n'est plus un jeunot.

  • Quelle équipe avait hâte plus que les autres à la fin du lock-out?

    Le Wild a défrayé la manchette avec d'énormes contrats aux joueurs autonomes Zach Parise et Ryan Suter. L'organisation a bien hâte de voir si eux, Mikko Koivu, Pierre-Marc Bouchard et compagnie amèneront le club en séries pour une première fois en cinq ans.

  • Comment se porte Sidney Crosby?

    Les maux de tête venant des commotions sont disparus et Crosby, à 25 ans, est prêt à aider les Penguins à retrouver les plus hauts sommets.

  • Quelles recrues seront particulièrement à surveiller?

    Damien Brunner des Red Wings, Justin Schultz des Oilers et Mikael Granlund du Wild. Brunner devrait avoir beaucoup de chances de marquer comme ç'a été le cas pour lui en Suisse, avec son coéquipier Henrik Zetterberg.

  • Y a t-il des déménagements à l'horizon?

    Les Islanders de New York quitteront Long Island pour Brooklyn en 2015, et l'avenir reste nébuleux pour les Coyotes à Phoenix.

  • Qu'en est-il de la réorganisation des sections?

    Le processus est en suspens. La ligue a décidé de passer de six à quatre sections. Un groupe inclurait les deux clubs new-yorkais, la Caroline, le New Jersey, Philadelphie, Pittsburgh et Washington. Un autre compterait Montréal, Toronto, Ottawa, Boston, Buffalo, la Floride et Tampa Bay. Une troisième section alignerait Winnipeg, Chicago, St. Louis, Columbus, Dallas, Detroit, Nashville et le Minnesota. La dernière inclurait Anaheim, Los Angeles, San Jose, Phoenix, Calgary, Colorado, Edmonton et Vancouver. L'AJLNH a retardé le tout, invoquant des soucis quant aux voyages plus longs et au nombre inégal d'équipes par section.