NOUVELLES

Que reste-t-il sur le marché?

05/07/2013 10:20 EDT | Actualisé 04/09/2013 05:12 EDT

Le marché des joueurs autonomes dans la Ligue nationale s'ouvre vendredi à midi (HAE)

Vincent Lecavalier et Daniel Brière ont peut-être trouvé preneur, il reste tout de même quelques prises intéressantes sur le marché des joueurs autonomes, particulièrement parmi les attaquants. Voici quelques joueurs sur qui les directeurs généraux vont se ruer à compter de midi (HAE), vendredi.

Attaquants

Mike Ribeiro, Capitals de Washington

De loin, le joueur le plus productif du groupe cette année, avec 49 points en 48 matchs. À ses six dernières saisons, le centre québécois a atteint la barre des 70 points 3 fois, et aurait passé bien près les 3 autres saisons s'il avait joué 82 matchs. À 33 ans, il pourrait bien recevoir des offres de contrat de 4 ans, avec un salaire annuel supérieur aux cinq millions qu'il gagnait depuis cinq ans.

Jarome Iginla, Penguins de Pittsburgh

Combien d'essence reste-t-il dans son réservoir? Ses chiffres pendant son court séjour à Pittsburgh le font paraître alléchant (11 points en 13 matchs en saison, 12 en 15 en séries), mais n'oublions pas qu'il patinait aux côtés d'un certain Evgeni Malkin. Sa valeur demeure tout de même élevée puisque les Penguins et les Bruins se le sont arraché à la date limite des transactions.

David Clarkson, Devils du New Jersey

Comment un joueur qui compte à son actif une saison de 30 buts et qui a obtenu 8 points à ses 34 derniers matchs de la saison peut-il aspirer à un contrat (si on se fie aux propos de nos collègues de TSN) de plus de 40 millions de dollars? Le plus étonnant, c'est que deux des équipes souvent associées à lui, les Sénateurs et les Oilers, ne font pas exactement partie des plus riches de la LNH...

Tyler Bozak, Maple Leafs de Toronto

Un peu comme Clarkson, on se demande parfois si on ne parle pas autant de Bozak en raison des chiffres astronomiques qui circulent à son sujet (25 millions pour 5 ans). Dans son cas, il faut ajouter qu'il quitte Toronto, ce qui lui confère plus de visibilité. Les faits sont les suivants : il a amassé 47 points à sa meilleure saison (2011-2012) et était en voie d'en totaliser 49 si la campagne 2013 avait compté 82 matchs. Tout ça en pilotant le premier trio, aux côtés de Phil Kessel...

Nathan Horton, Bruins de Boston

Un autre qui pourrait faire sauter la banque malgré quelques points d'interrogation. Dans son cas, ce n'est pas tant ses capacités que sa santé. Ses 19 points en 22 matchs en séries cette année vont militer en sa faveur. Mais le DG qui lui accordera un contrat à long terme va courir un risque avec un joueur qui a subi au moins deux commotions cérébrales depuis juin 2011.

Daniel Alfredsson, Sénateurs d'Ottawa

L'an passé, à pareille date, la planète hockey s'imaginait Martin Brodeur dans un autre uniforme que celui des Devils. On se demande si on ne vit pas la même situation avec Daniel Alfredsson. Les récentes rumeurs d'ESPN parlaient des Bruins et des Red Wings, parmi les finalistes pour obtenir le Suédois de 40 ans. Pourtant, on le voit mal prolonger sa carrière ailleurs que dans la ville où il a toujours joué. N'empêche, ses 10 points en 10 matchs en séries prouvent qu'il peut encore se lever quand l'enjeu le commande.

Jaromir Jagr, Bruins de Boston

Un autre quadragénaire qui vieillit bien. Même s'il reconnaît lui-même qu'il ralentit le jeu, ça ne l'a pas empêché de se payer une saison de 35 points. Il a ajouté 10 points, mais aucun but, en 22 matchs en séries. Il y a de ces joueurs qui, semble-t-il, susciteront toujours la convoitise tant qu'ils n'accrocheront pas leurs patins.

Brad Boyes, Islanders de New York

Jadis un marqueur de 60 points, Boyes semblait sur la pente descendante il y a deux ans, mais a ressuscité sa carrière à temps en 2013 avec les Islanders grâce à une récolte de 35 points. S'il obtient un bon contrat, il devra payer un bon souper à John Tavares...

Ryane Clowe, Rangers de New York

À lire les tweets de Darren Dreger, il semble pratiquement acquis que Clowe a déjà en poche une entente avec les Devils. Le gros Terre-Neuvien avait visiblement d'un changement d'air, et son bref passage à Manhattan lui a permis de sauver sa saison.

Défenseurs

Andrew Ference, Bruins de Boston

Un des joueurs intéressants dans un faible groupe de défenseurs. Ference n'est pas le plus gros, mais il avait sa place au sein d'une brigade défensive plus que respectable. À 34 ans, il peut rendre de fiers services à une équipe qui cherche un bon vétéran encore fiable.

Rob Scuderi, Kings de Los Angeles

Voici un arrière qui joue près de 22 minutes par match et qui n'a pas raté un seul match à ses trois dernières saisons. Scuderi n'est pas le nom le plus spectaculaire, mais comme Ference, il rendra de fiers services à son nouveau patron.

Marek Zidlicky, Devils du New Jersey

Le vétéran de 36 ans n'est plus le défenseur de 40 points qu'il a déjà été, même s'il a joué dans la première vague d'avantage numérique toute la saison. Il a néanmoins écoulé 21 minutes par match sur la patinoire cette saison.

Gardiens

Evgeni Nabokov, Islanders de New York

Contre toute attente, Nabokov a relancé sa carrière devant le filet des Islanders, pas réputé pour être le plus hospitalier de la LNH. Il a moins bien paru en séries, mais les Penguins ont ensuite bafoué la brigade défensive des Sénateurs, ce qui en dit long sur la puissance de cette unité offensive. A été capable d'amorcer 41 des 48 matchs des siens malgré ses 37 ans.

Ray Emery, Blackhawks de Chicago

Il jouait certes derrière une formidable machine de hockey, mais sa fiche de 17-1 demeure rocambolesque. Il n'a toutefois pas été gardien numéro 1 pendant une saison complète depuis 2006-2007, quand il avait guidé les Sénateurs en finale de la Coupe Stanley. Sa valeur demeure dure à évaluer.

Ilya Bryzgalov, Flyers de Philadelphie

Parlant de dur à évaluer... L'énigmatique Bryzgalov recevra-t-il un coup de fil d'un DG désespéré? Quand on regarde le capharnaüm qu'il semble avoir causé autour de lui, c'est à se demander qui osera lui donner une chance..

Les équipes qui pourraient animer le spectacle

Bruins de Boston

Les Buins ont amorcé une métamorphose de leur équipe depuis leur défaite en finale de la Coupe Stanley. Tyler Seguin et Rich Peverley se sont envolés vers Dallas; Nathan Horton, Andrew Ference, Jaromir Jagr, Wade Redden et Kaspars Daugavins sont joueurs autonomes sans compensation.
La formation de Peter Chiarelli aura un nouveau visage l'an prochain. Reste à voir si une partie des nouveaux joueurs proviendra du marché des joueurs autonomes. Les Bruins peuvent encore aspirer aux grands honneurs au cours des prochaines années, il serait donc étonnant que la direction de l'équipe se tourne uniquement vers ses jeunes espoirs pour prendre le relais de tous ces départs.
Les Bruins ont certainement besoin d'un ailier capable de jouer au sein des deux premiers trios et d'un défenseur pour reléguer aux oubliettes le départ de Ference.
Chiarelli a déjà publiquement signifié son intérêt pour Daniel Alfredsson. Reste à voir s'il parviendra à charmer un vétéran de 40 ans qui a passé toute sa carrière à Ottawa.

Maple Leafs de Toronto

Le DG Dave Nonis a beaucoup plus de marge de manœuvre depuis le rachat des contrats de Mike Komisarek et Mikhail Grabovski. Les Leafs ont plus de 24 millions de dollars à dépenser, mais n'ont actuellement que 12 joueurs avec un contrat en poche pour la prochaine saison.
Huit joueurs autonomes avec compensation sont en attente d'un nouveau contrat, ce qui amputera le budget de Nonis. Les Torontois ont cependant plusieurs besoins à combler s'ils veulent participer aux séries pour une deuxième année de suite.
Si Tyler Bozak (joueur autonome sans compensation) ne revient pas dans la Ville Reine, les feuilles d'érable ont impérativement besoin d'au moins un joueur de centre offensif pour jouer aux côtés de Phil Kessel. Les Leafs sont souvent mentionnés dans les rumeurs depuis quelques jours, ils seront à surveiller.

Oilers d'Edmonton

La nouvelle direction des Oilers doit agir rapidement. La fenêtre de temps pour obtenir du succès avec un noyau de jeunes joueurs aussi talentueux se ferme tranquillement.
Pour imiter les Penguins et les Blackhawks qui ont soulevé la coupe Stanley quelques années après le début de leur reconstruction, les Oilers doivent ajouter quelques morceaux importants.
Le besoin le plus criant demeure d'insuffler une bonne dose de talent à la brigade défensive. Un gardien d'expérience serait également un ajout intéressant.

Avalanche du Colorado

À l'instar des Oilers, l'Avalanche doit ajouter un défenseur de qualité à sa formation. Lorsque Patrick Roy et Joe Sakic ont décidé de ne pas choisir Seth Jones avec le tout premier choix du repêchage dimanche dernier, ils ont signifié au reste de la ligue qu'ils devront régler leurs problèmes défensifs avec des joueurs autonomes.
L'Avalanche a plusieurs bons jeunes centres, mais aurait probablement besoin d'ajouter un ailier.

Devils du New Jersey

Les Devils ont réglé un problème de taille lorsqu'ils ont obtenu le gardien Cory Schneider des Canucks, mais ils ont encore un dossier important à régler.
Avec le départ de David Clarkson (joueur autonome sans compensation), ils doivent absolument ajouter un ailier productif.

Blues de Saint Louis

Les Blues sont un cas intéressant. Ils ont 13 M$ d'espace sous le plafond salarial, mais doivent offrir un nouveau contrat à Chris Stewart et Alex Pietrangelo, deux joueurs autonomes avec compensation de renom. Leur objectif est d'ajouter un joueur de centre de qualité.

PLUS:rc