NOUVELLES

Quatre détenus de Guantanamo demandent à la cour de ne plus être forcés à manger

03/07/2013 11:47 EDT | Actualisé 02/09/2013 05:12 EDT

Ramadan ou non, le gouvernement américain a confirmé mercredi qu'il continuerait l'alimentation forcée des prisonniers de Guantanamo en grève de la faim

Cette déclaration survient après que quatre prisonniers en grève eurent déposé dimanche une requête au tribunal exigeant l'arrêt de cette pratique.

Ils jugent que de nourrir des hommes contre leur volonté constitue une violation de leurs droits de la personne et ne sert aucun intérêt légitime.

Les prisonniers en grève ont également rappelé que l'alimentation forcée les privait de leur droit de respecter la tradition du jeûne précédant le ramadan, une importante fête religieuse musulmane qui débutera cette année le 9 juillet 2013.

Selon un porte-parole du Pentagone, 45 détenus sont nourris par un tube nasal. Des 166 prisonniers de Guantanamo, 106 sont en grève de la faim.

Washington a appelé le juge responsable du dossier à rejeter la poursuite intentée par quatre prisonniers du célèbre pénitencier de l'île de Cuba pour renverser cette pratique.

Dans le document qu'il a déposé à la cour fédérale, l'administration Obama justifie le fait d'alimenter les détenus à l'aide d'une sonde nasale puisqu'il s'agit d'un moyen d'éviter leur mort.

Accorder une injonction préliminaire contre cette mesure revient à autoriser le suicide d'un détenu, a encore écrit l'administration Obama.

L'armée américaine, qui s'occupe de l'alimentation des grévistes de la faim, consent toutefois à nourrir les détenus avant la levée du soleil et à la tombée du jour, comme le veut la tradition musulmane du ramadan.

Selon un porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Todd Breasseale, les militaires s'adaptent depuis des années au ramadan. Il ajoute cependant qu'il s'agit d'un « accommodement, pas d'un droit ».

PLUS:rc