DIVERTISSEMENT

Rod le Stod, Garoche ta sacoche et Sarah Toussaint-Léveillé au Festival en Chanson de Petite-Vallée

03/07/2013 08:31 EDT | Actualisé 03/07/2013 08:49 EDT
www.rodlestod.com

Au cours des années, le Festival en Chanson aura permis au public de faire, entre autres, découvrir au public Lisa Leblanc, Catherine Major et Daniel Boucher. Au beau milieu de cette 31e Édition, voici trois découvertes originales et rafraîchissantes... à surveiller.

Garoche ta sacoche

Folk insolite

Cynthia Veilleux et Sonia Brochet

Le duo, formé de Cynthia Veilleux et de Sonia Brochet, a déjà été décrit comme un croisement entre les Denis Drolet et les Sœurs Mcgarrigle. Toutes deux originaires de Québec où elles se sont rencontrées dans un atelier d’écriture, les deux amies élabore du matériel depuis un peu plus d’un an. «Le projet est aussi musical qu’humoristique. Dans notre cas se fait tout seul et à parts égales», dit Cynthia Veilleux.

Le résultat est un «folk insolite» répertoriant pour l’instant quatre chansons dont la très drôle Pour Léa, qui parle des gens qui maltraitent les prénoms se terminant en «A». Rafraîchissantes et réellement désopilantes sur scène, Garoche ta sacoche propose des mélodies accrocheuses appuyées par un humour absurde et qui fait sourire à belles dents. Après avoir fait plusieurs spectacles, dont la première partie de Lisa Leblanc, il y a environ un an, au Petit Champlain de Québec, le duo travaille sur un premier album.

www.garochetasacoche.bandcamp.com

Sarah Toussaint-Léveillé

Folk rock

Introspectif, poétique et à fleur de peau, le premier opus de Sarah Toussaint-Léveillé suscite l’engouement depuis sa sortie, l’automne dernier. Un album très diversifié selon son propre aveu; les premières chansons remontent à l’époque où l’auteur-compositeur-interprète mettait en scène des personnages au travers de ses chansons. «J’ai toujours été attirée par la scène, mais j’étais une personne extrêmement timide. Cet album a donc été un défi personnel», dit Sarah Toussaint-Léveillé, avant d’ajouter qu’elle ne visait pas l’interprétation, mais bien l’écriture.

Après avoir remporté la finale de Cégeps en spectacle en 2008, Sarah T-L a ensuite suivi, la même année, un atelier d’écriture au Festival en Chanson de Petite-Vallée. Sous ses dehors fragiles, la jeune femme de 22 ans affiche sur scène une assurance déconcertante. Présente aux dernières Francofolies de Montréal, l’interprète de Jalousie, (irrésistible avec ses accents reggae) et de la touchante Une laideronne sous la pluie offrira quelques spectacles au Québec au cours de l’été.

www.sarahtl.com

Rod le Stod

Rap, Hip Hop

Le gagnant de l'édition 2012 du Festival international de la chanson de Granby a une aura difficile à définir.

Rod le Stod, né Rodolphe Demers, vêtu de son complet-cravate et accompagné de son coloc et acolyte de scène Johnny Danger (en arrière voix), attire d’abord l’attention avec sa prestance et son élégance. «Ce qui m’a amené en musique, c’est la passion des mots et de l’écriture», dit ce rappeur engagé d’une voix grave. Avec une chanson comme J’suis pas né pour un p’tit pain dans laquelle il se déclare souverain et dénonce entre autres la corruption, le déclin du français et l’inaction des Québécois. «Le rap permet beaucoup de mots, ce qui en fait un excellent moyen de communication», dit-il. Ayant appris l’importance de la mise en scène, de la théâtralité et de la mise en marché (notamment par le biais des médias sociaux sur lesquels il est très présent), sa démarche est très efficace. «Le rap est accessible: il suffit de créer un momentum, d’avoir l’esprit entrepreneurial et de créer une bonne base de diffusion.»

www.rodlestod.com

INOLTRE SU HUFFPOST

Festival en chanson de Petite-Vallée 2013