NOUVELLES

André Laframboise pourrait changer de couleurs politiques

03/07/2013 05:29 EDT | Actualisé 02/09/2013 05:12 EDT

Après avoir été candidat aux dernières élections provinciales pour la Coalition Avenir Québec (CAQ), le conseiller municipal gatinois, André Laframboise, songe désormais à se présenter pour le Parti libéral du Québec. Il a fait part de ses intentions, mercredi, afin d'éventuellement succéder à Charlotte L'Écuyer dans la circonscription de Pontiac.

Mme L'Écuyer a confirmé qu'elle ne briguerait pas un cinquième mandat au prochain scrutin. En novembre dernier, elle avait remporté haut la main les élections avec 57 % des votes. Son principal rival, qui était André Laframboise, avait quant à lui obtenu 18 % des appuis.

Au sujet de sa candidature pour la CAQ, M. Laframboise explique qu'il s'agissait d'un choix personnel, parlant d'un « concours de circonstances ». Il souligne avoir été le seul candidat caquiste des cinq circonscriptions de l'Outaouais à finir au deuxième rang, une performance qu'il juge « acceptable ».

« Depuis ce temps-là, j'ai été sollicité pour des campagnes de financement, des cocktails, etc. Et je n'ai pas répondu à l'appel », avance-t-il.

Il a donc décidé de retourner à ses « sources qui sont, effectivement, le Parti libéral du Québec (PLQ) [...] et je ne pense pas que les gens peuvent me reprocher ça. »

Des fleurs après les pots

Pourtant, lors de la dernière campagne provinciale en tant que candidat caquiste, M. Laframboise avait déclaré : « Nous autres, on est fatigués des libéraux. On n'en peut plus. Mais on ne veut pas voter séparatiste. On est tellement contents d'avoir une option à laquelle on peut se fier, des gens qui vont se concentrer sur l'économie, l'éducation et la santé. »

Sa position a maintenant changé.

André Laframboise a par ailleurs jusqu'au 15 juillet pour confirmer s'il se représente à nouveau aux prochaines élections municipales et s'il le fait sous la bannière du parti Action Gatineau.

Il pourrait ainsi se présenter sur la scène municipale, puis quitter ses fonctions pour tenter de briguer un poste de député provincial.

M. Laframboise se défend de courir plusieurs lièvres à la fois. « Je ne veux tout simplement pas fermer des portes. Je me permets ce droit-là », ajoutant que d'ici la prochaine campagne québécoise, qui peut être déclenchée d'ici 2016, « beaucoup d'eau peut couler sous les ponts. »

PLUS:rc