NOUVELLES

Affaire Zimmerman : une experte écorche la thèse de la « légitime défense » 

03/07/2013 01:28 EDT | Actualisé 01/09/2013 05:12 EDT

Une experte médicale appelée à la barre des témoins du procès de George Zimmerman considère comme « insignifiantes » les blessures subies par le surveillant volontaire. L'homme est accusé d'avoir tué un jeune Noir non armé en Floride en 2012.

Après avoir examiné 36 photos et révisé le dossier médical de l'accusé, Valerie Rao a assuré que les blessures constatées sur George Zimmerman n'étaient pas « menaçantes pour sa vie ».

Depuis qu'il a avoué avoir tiré sur Trayvon Martin lors d'une ronde de nuit, George Zimmerman soutient avoir agi par légitime défense. Il a plaidé non coupable à des accusations de meurtre non prémédité.

Dans sa déposition, l'homme de 29 ans raconte avoir repéré un jeune « suspect », vêtu d'une veste à capuchon, qui marchait. Le jeune homme aurait alors surgi des arbustes et lancé : « C'est quoi ton problème? » et lui aurait ensuite asséné un coup de poing à la figure.

Le trottoir aurait aussi servi d'arme au jeune Noir de 17 ans, selon l'avocat de l'accusé.

Même si Valerie Rao qualifie d'« insignifiantes » les blessures du surveillant de quartier, elle les juge pourtant « compatibles » avec une partie de la déposition de l'accusé.

Avec son nez brisé et ses deux coupures à l'arrière de la tête, il est vraisemblable que l'homme ait reçu un coup de poing au visage et qu'il ait été frappé sur le trottoir. Néanmoins, ajoute-t-elle, la force de l'impact était « minime ».

Le jury, composé de six femmes, doit décider si George Zimmerman a agi par légitime défense le soir du 26 février 2012. Lundi, c'est l'appel au 9-1-1 qui a été décortiqué par des témoins et experts. 

Aux États-Unis, l'affaire avait soulevé les débats, plusieurs considérant le meurtre du jeune Martin comme un « acte raciste ». Des manifestations avaient aussi eu lieu afin de dénoncer « l'inaction » des policiers dans cette affaire, qui ont attendu 44 jours avant d'arrêter George Zimmerman. Il encourt aujourd'hui la prison à vie. 

À lire aussi :

PLUS:rc