NOUVELLES

Rob Ford : la Couronne prône le secret

02/07/2013 07:17 EDT | Actualisé 01/09/2013 05:12 EDT

Un tribunal torontois doit statuer à 16 h, mardi, si une série de mandats de perquisition dans lesquels le nom du maire de Toronto pourrait apparaître seront rendus publics, et si c'est le cas, à quel moment.

Une dizaine d'organisations journalistiques, dont CBC/Radio-Canada, ont présenté une demande en cour, mardi matin, pour que les documents sous-scellés soient dévoilés immédiatement. Mais la Couronne a dit avoir besoin de 6-9 mois pour réviser les centaines de pages en question, afin de s'assurer que leur divulgation ne mette pas en péril les accusations déjà déposées devant les tribunaux. 

La Couronne a dit ne pas comprendre pourquoi les médias étaient si pressés, ajoutant que les preuves pertinentes seraient dévoilées en cour au moment approprié.

Les mandats de perquisition en question portent sur l'opération policière Project Traveller, qui a mené à l'arrestation de 43 suspects à Toronto et à Windsor à la mi-juin, relativement au trafic de drogue et d'armes. Ces individus auraient fait partie du gang Dixon City Bloods, selon la police.

Or, le chef de police de Toronto, Bill Blair, a refusé d'écarter tout lien entre ces arrestations et le maire, se contentant d'affirmer que la divulgation de tout renseignement pourrait compromettre la cause en cours.

Des journalistes du Toronto Star et le responsable du site américain Gawker ont affirmé en mai dernier avoir vu une vidéo d'un homme ressemblant au maire en train de fumer ce qui semblait être du crack. CBC/Radio-Canada n'a pas vu l'enregistrement et ne peut donc pas l'authentifier.

De son côté, Rob Ford a nié prendre du crack. Selon lui, la vidéo n'existe tout simplement pas.

Le Star, toutefois, a aussi publié une photo du maire aux côtés de deux hommes qui ont été arrêtés en juin, soit Muhammad Khattak et Monir Kassimm. Un troisième individu qui apparaît sur la photo avec Rob Ford, Anthony Smith, a été tué en mars dernier. D'après la police, il appartenait au gang Dixon City Bloods.

Selon l'avocat Peter Jacobsen, qui représente entre autres CBC/Radio-Canada en cour mardi, le dévoilement des mandats de perquisition utilisés pour Project Traveller est essentiel, pour y voir plus clair.

La déposition des médias fait aussi référence à « des adresses où des perquisitions ont été menées et qui seraient prétendument liées à une présumée vidéo du maire Rob Ford [soit un appartement de la rue Dixon où l'enregistrement aurait été caché] ».

Me Peter Jacobsen ajoute que les médias ont « tout à fait le droit » de voir les mandats de perquisition.

PLUS:rc