NOUVELLES

Fin de l'ACDI : des employés et des organismes toujours inquiets

02/07/2013 01:43 EDT | Actualisé 31/08/2013 05:12 EDT

Les employés de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) dénoncent une fois de plus la fusion de l'organisme au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international.

La nouvelle entité, Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada, a officiellement été créée la semaine dernière lorsque le gouverneur général a accordé la sanction royale au projet de loi conservateur. Cette mesure avait été annoncée lors du dernier budget fédéral et compte parmi les efforts du gouvernement pour éliminer le déficit budgétaire.

Le Syndicat des employés nationaux craint que le développement international ne soit plus une priorité pour le gouvernement.

M. Marshall souligne ne pas avoir été consulté par le gouvernement avant de procéder à la fusion et aux différents changements. Il attend toujours un appel des principaux gestionnaires du ministère.

Selon lui, plusieurs employés vivent toujours dans l'incertitude et craignent de nouvelles compressions de personnel.

Près de 15 % de l'effectif de l'ACDI a été éliminé au cours de la dernière année. L'organisme compte maintenant 850 employés intégrés au nouveau ministère.

Des organismes inquiets

Pour sa part, le directeur général de l'Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), Gervais L'Heureux, note une modification générale du mandat de l'ACDI depuis les quatre dernières années et une diminution importante de la sensibilisation du public. Il n'était donc pas surpris lors de l'annonce de la fusion.

M. L'Heureux croit que la fusion a des orientations économiques plutôt que des objectifs de développement.

Selon lui, le nouveau ministère misera sur l'aide au développement qui favorisera le développement économique du Canada plutôt que combattre la pauvreté dans le monde, ce qui nuira aux organisations non gouvernementales (ONG).

M. Gervais explique toutefois qu'il est encore trop tôt pour déterminer les effets réels de cette fusion sur les différents organismes.

L'aide humanitaire gardera sa place, selon le gouvernement

Au bureau du ministre du Développement international, Julian Fantino, on réplique que le gouvernement entend garder l'aide humanitaire sur un pied d'égalité avec la diplomatie et le commerce. Le budget d'aide de développement ne sera pas modifié, précise le ministre.

« Le nouveau ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement aidera à atteindre une plus grande efficacité et responsabilité et nous allons continuer d'améliorer la vie des gens dans le besoin partout dans le monde », a souligné le ministre par courriel.

PLUS:rc