NOUVELLES

Snowden dénonce l'attitude de l'administration Obama à son égard

01/07/2013 01:24 EDT | Actualisé 30/08/2013 05:12 EDT

Après huit jours sans déclaration, Edward Snowden a brisé le silence, lundi. Dans un message publié sur le site Internet WikiLeaks, il dénonce l'attitude de l'administration de Barack Obama à son égard. Le fugitif américain, qui aurait demandé l'asile à la Russie, a aussi fait parvenir une lettre au président équatorien Rafael Correa.

L'ancien consultant de la National Security Agency (NSA) accuse le président Obama d'avoir donné l'ordre à son vice-président Joe Biden de faire pression sur les dirigeants des pays auprès desquels il a demandé l'asile pour obtenir son extradition. Le président avait pourtant promis le contraire, soutient M. Snowden dans son message daté du 1er juillet.

« Des tromperies de ce genre, émanant d'un dirigeant mondial, ne sont pas justes, pas plus qu'une peine extrajudiciaire d'exil, plaide celui qui est à l'origine des fuites sur le système américain d'espionnage. Il s'agit d'outils d'agression politique dépassés, destinés à faire peur non pas à moi, mais à ceux qui viendront après moi. »

« Bien que je ne sois déclaré coupable de rien, [l'administration Obama] a unilatéralement annulé mon passeport, faisant de moi un apatride, poursuit-il. Sans aucune décision de justice, cette administration tente à présent de m'empêcher d'exercer un droit fondamental, un droit qui appartient à tout le monde, le droit de demander asile. »

Déterminé à livrer de l'information d'intérêt public

Dans une lettre adressée au président de l'Équateur et dont l'agence Reuters a obtenu copie, Edward Snowden indique qu'il est toujours en mesure de faire des révélations au sujet des activités d'espionnage américaines.

« Je demeure libre et capable de publier de l'information qui sert l'intérêt public, écrit l'homme de 30 ans. Peu importe le nombre de jours qu'il me reste à vivre, je reste engagé dans ce combat pour la justice dans ce monde inégal. »

L'ancien consultant des services secrets américains remercie l'Équateur de l'avoir aidé à gagner la Russie et pour l'examen de sa demande d'asile. « Il y a peu de dirigeants du monde qui se risqueraient à défendre les droits d'un individu contre les plus puissants gouvernements de la planète, et le courage de l'Équateur et de son peuple est un exemple pour le monde. »

Snowden aurait demandé l'asile à la Russie

Selon une source anonyme proche des services d'immigration russes, Edward Snowden aurait demandé l'asile politique à la Russie. L'informaticien aurait déposé sa demande par le biais d'un responsable de l'organisation WikiLeaks.

Le président russe Vladimir Poutine a cependant signalé que Snowden devra cesser de révéler des secrets sur les États-Unis s'il souhaite obtenir l'asile en Russie. « La condition, c'est qu'il cesse ses activités visant à faire du tort à nos partenaires américains, peu importe que cela puisse paraître étrange venant de ma part », a précisé M. Poutine.

Le président russe a aussi déclaré que la Russie « ne livre jamais personne », mais aurait plutôt « échangé des agents de notre service de renseignement extérieur contre [des individus] arrêtés et condamnés en Russie » par le passé.

Des observateurs avaient avancé que les renseignements russes chercheraient à permettre à Snowden de rester pour obtenir des informations approfondies sur ses révélations, une possibilité que le président russe a rejetée la semaine dernière.

« [Snowden] n'est pas notre agent et ne coopère pas avec nous », a indiqué M. Poutine, lundi.

Edward Snowden a quitté Hong Kong pour atterrir à Moscou le 23 juin dernier.

Pendant ce temps, les États-Unis se retrouvent sur la sellette pour le scandale des programmes de cybersurveillance et d'écoutes mis en oeuvre par la NSA, qui a pris un tour nouveau ce week-end avec les révélations du Spiegel et du Guardian sur l'espionnage supposé de l'Union européenne (UE) et de pays européens par les États-Unis.

PLUS:rc