NOUVELLES

Un gardien, prise 2

29/06/2013 07:03 EDT | Actualisé 29/08/2013 05:12 EDT

SHORT HILLS, NJ - L'an passé, Trevor Timmins et Marc Bergevin disaient que repêcher un gardien était une « option », pour finalement sélectionner six attaquants, un défenseur et aucun gardien.

Le langage a changé cette année, si bien qu'on se demande si cette fois sera la bonne.

« Il y a de bonnes chances. Je disais la même chose l'an passé et ça n'a pas adonné, ce n'est pas évident. Mais c'est notre intention », a assuré Bergevin lors d'une rencontre avec la presse, samedi, à l'hôtel où logent les membres de l'état-major du Tricolore.

« Comme vous le savez, nous n'avons pas beaucoup de profondeur dans notre système à la position de gardien. Si le bon gardien est disponible au bon moment, on y pensera longtemps », a ajouté Timmins, le directeur du recrutement du Canadien.

La relève devant le filet est effectivement mince derrière Carey Price. Il y a l'énigmatique Robert Mayer, dont le statut pour l'an prochain est incertain. Il y a aussi Dustin Tokarski, que le Lightning a accepté de sacrifier pour obtenir un autre gardien de la Ligue américaine, Cédrick Desjardins. Peter Delmas, un ancien choix de deuxième tour, est embourbé dans l'ECHL, et Mike Condon sort tout juste des rangs universitaires, sans avoir été repêché.

Les deux portiers repêchés depuis Carey Price, Jason Missiaen (116e en 2008) et Petteri Simila (211e en 2009), ne font plus partie de l'organisation.

Plusieurs rêvent de voir le Tricolore sélectionner Zachary Fucale, le meilleur espoir québécois devant le filet depuis Marc-André Fleury. Comme le portier des Mooseheads d'Halifax est considéré comme le meilleur gardien disponible cette année, il serait toutefois surprenant qu'il attende encore son tour après les 30 premiers choix.

Le Canadien pourrait-il tenter sa chance sur Fucale?

« Je ne sais pas, je n'ai pas de boule de cristal. Est-ce que c'était possible de repêcher un gardien 5e? », a lancé Timmins à la blague, en référence à Price en 2005.

Selon une source, les Sabres et les Flames, deux équipes qui comptent plus d'un choix au premier tour, feraient partie des équipes ayant démontré un fort intérêt pour Fucale. À moins d'une transaction pour améliorer son rang de sélection, il serait surprenant que le Canadien puisse mettre la main sur Fucale au 25e rang.

De l'action

Si Bergevin, justement, demeure sur ses positions et n'effectue pas de transaction, les noms vont défiler rapidement à la table du Tricolore dimanche.

Dans les trois premiers tours, le CH détient les choix 25, 34, 36, 55, 71 et 86. Et contrairement aux autres années, les sept tours auront lieu le même jour. Les équipes ne pourront pas revoir leur stratégie pour les tours 2 à 7 pendant la nuit.

« Ça serait bien, surtout avec les choix 34 et 36, non pas de changer nos plans, car on sait ce qu'on veut faire, mais d'avoir le temps de recevoir des appels des autres équipes. Nous devrons prendre des décisions rapides », a admis Timmins.

Pour Timmins, ces deux choix hâtifs au deuxième tour représentent pratiquement des sélections de premier tour, un peu comme en 2012 quand Sebastian Collberg, projeté comme un choix de premier tour, n'avait pas été réclamé parmi les 30 premiers joueurs. Timmins avait sauté sur l'occasion au 33e rang.

« Entre les rangs 20 et 40, il y a beaucoup de parité. On parle pratiquement de choix de premier tour », a rappelé Timmins.

Les critères

On a par ailleurs demandé à Timmins d'établir ses critères de sélection lorsque vient le temps de faire un choix.

« Le sens du hockey, la combativité et le caractère. Si son coup de patin représente une faiblesse, ça se travaille, mais le sens du hockey, ça ne s'enseigne pas. »

Et même si, avec 6 choix parmi les 86 premiers, le Canadien dispose d'une certaine marge d'erreur, il est hors de question de déroger de ce plan pour choisir un joueur sur qui l'équipe entretient un doute.

« Je n'aime pas le mot gamble, a mentionné Bergevin. On doit être à l'aise avec le choix, il faut qu'on aime le joueur. Mais à n'importe quel niveau, il y a toujours un petit risque à courir, parce que tu ne sais jamais. »

PLUS:rc