NOUVELLES

Un général américain à la retraite soupçonné d'être à l'origine d'une fuite

28/06/2013 03:32 EDT | Actualisé 27/08/2013 05:12 EDT

Le FBI enquêterait sur un général de la marine à la retraite, James Cartwright, qu'elle soupçonne d'être à l'origine d'une fuite concernant une cyberattaque ayant eu lieu en Iran en 2010.

Celui qui a déjà été le deuxième plus haut gradé de l'armée du pays aurait révélé le secret entourant l'existence d'un virus créé par les États-Unis et certains de ses alliés. Stuxnet, comme il a été surnommé, avait pour cible les installations nucléaires iraniennes. Le virus aurait d'ailleurs paralysé temporairement 1000  centrifugeuses utilisées pour enrichir l'uranium.

Selon NBC News, qui a révélé l'affaire jeudi, le FBI aurait des preuves suffisantes pour lier l'ancien général à cette fuite. Il est presque certain d'être accusé, poursuit NBC en citant des sources anonymes.

Une porte-parole du procureur général américain, Marcia Murphy, a refusé de commenter la nouvelle.

Les membres du Congrès avaient donné comme mandat au président Barack Obama de trouver l'identité de celui qui avait révélé, à l'été 2010, l'existence du virus Stuxnet. À l'époque, le virus avait commencé à contaminer des ordinateurs personnels, compromettant alors la survie du programme de cyberattaque ayant permis de développer Stuxnet.

« Devrait-on mettre fin à ce programme ? » avait alors demandé le président à ses conseillers. La réponse était « non ». 

En 2012, le New York Times a mis au grand jour la volonté de Barack Obama d'accélérer la mise en œuvre du programme de cyberattaques Olympic Games. Le général Cartwright était l'un des acteurs principaux de ce programme, créé sous l'ère Bush.

PLUS:rc