NOUVELLES

« Impossible de gagner sans dopage »

28/06/2013 08:48 EDT | Actualisé 28/08/2013 05:12 EDT

Lance Armstrong s'est assuré que tous les projecteurs seraient braqués sur lui à la veille du début du 100e Tour de France.

Armstrong a secoué le monde du cyclisme avec une série de déclarations incendiaires dans une entrevue avec le journal Le Monde, dont des extraits ont été publiés vendredi.

L'Américain déchu de ses sept titres de la Grande Boucle a affirmé qu'il est « impossible de gagner le Tour de France sans dopage. »

« Cela dépend des courses que tu voulais gagner. Le Tour de France? Non, impossible de gagner sans dopage. Car le Tour est une épreuve d'endurance où l'oxygène est déterminant. », a-t-il souligné.

Armstrong estime qu'il est encore le gagnant des sept éditions de la célèbre course entre 1999 et 2005, des victoires retirées par l'Agence américaine antidopage (USADA) en 2012.

« C'est correct d'effacer mon nom, mais ces Tours ont besoin d'un gagnant, a souligné le Texan. Je laisserai aux autres la discussion sur l'identité de celui qui les a gagnés, mais personne ne m'a réclamé ces maillots jaunes. »

Le bouc émissaire

Dans cette même entrevue, Armstrong a lancé quelques flèches à ses détracteurs, dont l'USADA. Il a affirmé que le système du Docteur Eufemiano Fuentes était 100 fois plus sophistiqué que celui de l'équipe US Postal dont il était le meneur.

Il a ajouté que les conclusions de l'Agence américaine étaient « de la merde » et que le système au sein de son organisation était beaucoup plus simple que le rapport le prétend.

L'ancien coureur s'en prend également directement au président de l'Union cycliste internationale (UCI) Pat McQuaid, qui a affirmé à la publication du compte rendu de l'USADA que « Armstrong n'a pas sa place dans le cyclisme »

« Je crois que McQuaid souhaitait faire une déclaration politique pour démontrer son autorité, mais il n'a aucun mérite à ce sujet, a souligné Armstrong. Il peut dire ce qu'il veut et ce qu'il aime, je crois qu'il a de plus gros problèmes à régler. »

L'Américain a ajouté que le cyclisme a besoin d'un nouveau meneur pour retrouver la confiance et sa crédibilité. Il a également accusé McQuaid de « tout faire pour éviter le sujet de la commission "vérité et réconciliation" », censée faire la lumière sur la pratique du dopage dans le cyclisme.

Selon Armstrong, McQuaid craint de le voir témoigner devant cette commission, car « le témoignage que le monde voudrait entendre ferait plonger McQuaid, Verbruggen (son prédécesseur à la tête de l'UCI) et toute l'institution ».

À l'instar d'autres cyclistes de son époque, le champion déchu estime que le dopage existera toujours.

« Je n'ai pas inventé le dopage, et ça n'a pas arrêté après mon départ, a-t-il souligné. Ça a toujours existé, et ça existera toujours. Je sais que ce n'est pas une réponse très populaire, mais c'est malheureusement la réalité. »

PLUS:rc