NOUVELLES

Gestion des bibliothèques : « Un bordel juridique », dit Jean Gagnon 

28/06/2013 11:33 EDT | Actualisé 28/08/2013 05:12 EDT

Bien que déçu de la décision de la Commission des relations du travail (CRT) donnant raison à la Ville de Québec qui a confié la gestion des bibliothèques au privé, le Syndicat des fonctionnaires municipaux entend continuer de livrer bataille.

Le syndicat attend de connaître les motifs de la décision de la CRT avant de déterminer s'il interjettera appel.

Quoi qu'il en soit, le président du syndicat, Jean Gagnon, affirme qu'il poursuivra son combat contre la privatisation de la gestion des bibliothèques.

« Ça, c'est la première partie du dossier juridique. On parle de centaines de griefs là-dedans. C'est un bordel juridique. On n'a pas les motifs, donc on ne peut pas contester la décision, mais ce n'est pas fini, c'est la première manche », affirme Jean Gagnon.

Jean Gagnon estime que la Ville a créé un « bordel juridique », parce qu'elle n'a pas d'entente avec les employés de bibliothèque.

Il continue par ailleurs de mettre en doute les arguments de la Ville qui dit confier la gestion au privé pour une question d'efficacité. Selon Jean Gagnon, la réorganisation coûtera cher à la Ville, qui va maintenant reprendre possession de tous les édifices et des systèmes informatiques et devra les entretenir et les mettre aux normes.

Par ailleurs, contrairement à la Ville qui soutient que les employés mis à pied sont réembauchés, les cols blancs continuent d'affirmer qu'une cinquantaine d'employés temporaires, surtout des commis, perdront dans les faits leur emploi à compter du 1er juillet.

« Ils ont tous été réembauchés? Bien oui, ça va être le fun! Zéro ancienneté, tu arrives, tu passes après tout le monde. Pensez-vous qu'ils vont travailler encore? Quand on parle de paix industrielle, vous avez vraiment un beau gâchis », déclare Jean Gagnon.

Le président du syndicat ne mâche pas ses mots. Il va même jusqu'à dire que les employés des bibliothèques sont traités et mis à la rue comme des sacs verts par l'administration Labeaume.

Rappelons que la Ville de Québec a obtenu gain de cause contre le Syndicat des fonctionnaires municipaux qui contestait la décision de confier la gestion des bibliothèques à l'Institut canadien de Québec (ICQ).

La CRT a rejeté la demande du Syndicat qui jugeait illégal le congédiement annoncé de 50 employés temporaires des bibliothèques de Québec.

La Ville a pour sa part applaudi la décision du CRT, mais s'attend à ce que le Syndicat la conteste.

La CRT n'a pas précisé pour l'instant les motifs de sa décision rendue jeudi.

PLUS:rc