NOUVELLES

L'incroyable histoire d'un choeur né dans un camp de concentration

27/06/2013 12:20 EDT | Actualisé 27/08/2013 05:12 EDT

La mémoire d'un choeur, né au milieu de l'horreur du camp de concentration de Terezin et fondé par un jeune musicien juif a été honorée au début du mois à Prague, 70 ans après sa dernière représentation.

Le camp de concentration de Terezin (Theresienstadt), établi dans l'actuelle République tchèque, avait été érigé par le régime nazi dans le dessein macabre d'éradiquer la culture juive. Nombre d'écrivains, de musiciens, de peintres, mais également de scientifiques et d'universitaires ont vécu leurs derniers jours à Terezin.

En tout, 120 000 juifs y ont été emprisonnés, avant d'être envoyés à Auschwitz.

C'est dans les murs du camp que le jeune compositeur et pianiste Rafael Schachter a formé un choeur réunissant une centaine de chanteurs, pour la plupart malades et affamés. Avec comme seule partition le Requiem de Giuseppe Verdi, le choeur a donné 16 représentations. Schachter espérait un jour diriger le choeur à l'extérieur des murs du camp.

Au fil des mois, plusieurs dizaines de choristes, morts à Terezin ou envoyés dans un camp de la mort, ont dû être remplacés.

Les responsables nazis avaient peu à peu toléré l'éclosion d'une vie artistique à Terezin. C'est ainsi qu'un ensemble de jazz y avait vu le jour de même que de nombreuses lectures publiques.

Le choeur et son chef n'ont toutefois jamais pu interpréter le Requiem à l'extérieur du camp. Schachter, ainsi que plusieurs choristes, a péri à Auschwitz en 1945, un mois avant la libération de la Tchécoslovaquie.

Le 6 juin dernier, 70 ans après la formation du choeur, le chef américain Murry Sidlin, accompagné par l'Orchestre symphonique de Prague, a rempli la promesse de Schachter et interprété le Requiem de Verdi à la Cathédrale Saint-Guy de Prague.

« Rafael n'a pu le faire, alors ce soir, nous jouerons le Requiem à sa mémoire », a dit Sidlin en introduction.

Sidlin, professeur de musique à l'Université catholique à Washington, a découvert l'existence du choeur par hasard en feuilletant un livre dans une librairie. « Je me suis dit que c'était impossible, connaissant déjà la difficulté de jouer le Requiem dans des conditions optimales. Si c'était vrai, il s'agissait d'un miracle », a-t-il expliqué à l'Associated Press.

Felix Kolmer, un des derniers survivants du choeur maintenant âgé de 91 ans, était présent à la Cathédrale Saint-Guy. « Ce que Rafi [Rafael Schachter] a fait nous a rendus plus forts. Sa créativité nous a donné la force de résister à notre destin, pas seulement à Terezin, mais également à Auschwitz, pour que nous n'entrions pas dans les chambres à gaz comme des brebis à l'abattoir. »

En juin 1944, en raison de la pression du Danemark, dont nombre de ses citoyens juifs avaient été déportés à Terezin, les Allemands ont ouvert les portes de Terezin à des représentants de la Croix-Rouge. Auparavant, les baraques avaient été rénovées, et les hangars, remplis de vivres. De plus, 8000 personnes âgées et malades avaient été envoyées à Auschwitz.

C'est lors de la visite de la Croix-Rouge que le dernier concert du choeur de Terezin a eu lieu. Quatre mois plus tard, certains de ses membres ont pris la direction d'Auschwitz.

Avec eux, une génération de jeunes compositeurs tchèques a péri, notamment Pavel Haas, Gideon Klein, Hans Krasa et Viktor Ullmann.

PLUS:rc