NOUVELLES

Edward Snowden laisse tomber son vol vers Cuba

27/06/2013 06:44 EDT | Actualisé 27/08/2013 05:12 EDT
Getty
A protester holds a placard during a rally in support of Edward Snowden, the former National Security Agency contractor, in Hong Kong, China, on Saturday, June 15, 2013. Protesters marched to Hong Kongs government headquarters demanding their leaders protect Edward Snowden, who fled to the city after exposing a U.S. surveillance program. Photographer: Luke Casey/Bloomberg via Getty Images

Confiné depuis quatre jours dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou, Edward Snowden prolongera son séjour en Russie au moins jusqu'à samedi. L'informaticien américain a laissé partir un vol, jeudi matin, vers Cuba, pays par lequel il voulait transiter avant d'atteindre l'Équateur, où il attend une réponse à sa demande d'asile.

Le jeune homme de 30 ans ne s'est pas enregistré pour le vol. Aucune mesure de sécurité supplémentaire n'a d'ailleurs été prise à l'aéroport de Cheremetievo.

C'est la deuxième fois que Snowden laisse partir un vol pour La Havane. Il aurait pu décoller de la Russie vers La Havane le lendemain de son arrivée au pays.

Le président américain Barack Obama n'a pas appelé les présidents chinois et russe à propos de l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden. Depuis Dakar, où il effectue un arrêt dans le cadre d'une tournée africaine, M. Obama soutient qu'il s'agit d'une affaire purement légale.

Au sujet des spéculations entourant un éventuel détournement de l'avion transportant Snowden vers l'Amérique du Sud, M. Obama a coupé court aux scénarios sortis de l'imagination de certains observateurs.

Toujours en transit

En théorie, le séjour dans la zone de transit de cet aéroport est limité à 24 heures. Une loi russe permet cependant d'octroyer un visa de transit de 10 jours - renouvelable - à une personne n'étant pas en mesure de quitter la Russie en raison de « circonstances exceptionnelles ». Le quotidien russe Védomosti cite notamment le cas d'une annulation de passeport, comme dans le cas de M. Snowden.

Comme le contrôle d'un individu s'effectue lors de l'arrivée dans un nouveau pays, il est possible pour Snowden d'acheter un billet et de prendre l'avion sans ce document de voyage.

De son côté, le gouvernement équatorien nie toutes rumeurs voulant qu'elle ait déjà procuré un visa d'entrée ou un passeport au jeune Américain, stipulant que l'examen de sa demande d'asile pourrait prendre des mois.

L'informaticien qui a travaillé pour l'agence nationale de sécurité américaine (NSA) est responsable des fuites sur le programme PRISM de Washington. Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel l'accuse d'avoir provoqué une « grave atteinte à la sécurité » nationale.

Le gouvernement américain réclame l'arrestation et l'extradition d'Edward Snowden depuis son arrivée à Moscou, dimanche dernier, en provenance de Hong Kong. Les États-Unis ont menacé la Chine et la Russie de répercussions dans leurs relations avec Washington.

Quant à l'informaticien, qui s'est réfugié à Hong Kong en mai dernier pour effectuer des révélations sur l'espionnage par la NSA, il encourt 30 ans de prison pour espionnage.