NOUVELLES

L'ex-juge espagnol Baltasar Garzon refuse d'assurer la défense d'Edward Snowden

26/06/2013 06:03 EDT | Actualisé 26/08/2013 05:12 EDT
AP

L'ancien juge espagnol Baltasar Garzon a annoncé mercredi qu'il avait « décidé de ne pas assurer la défense des intérêts » d'Edward Snowden, l'ex-analyste de l'agence de sécurité nationale américaine à l'origine de révélations explosives sur la surveillance électronique américaine.

« J'annonce que le cabinet d'avocats Ilocad a décidé de ne pas assumer la défense des intérêts de monsieur Snowden », a indiqué dans un communiqué l'ancien magistrat, qui dirige désormais ce cabinet d'avocats à Madrid.

Lundi, Baltasar Garzon avait annoncé avoir reçu une demande de la part d'Edward Snowden pour assurer sa défense, ajoutant qu'il étudierait le dossier avant de se prononcer.

« Par ailleurs, nous continuerons à représenter monsieur Assange et Wikileaks dans la défense du droit fondamental à la liberté d'information et d'expression », ajoute le communiqué.

Après trois jours de flou, Edward Snowden était resté invisible après son arrivée présumée dimanche à Moscou et n'avait pas pris un vol le lendemain pour Cuba sur lequel il était enregistré, le président russe Vladimir Poutine a confirmé mardi soir sa présence dans la zone de transit de l'aéroport de Cheremetievo à Moscou.

La Russie a répété mercredi qu'aucune « menace » américaine ne la contraindrait à livrer Edward Snowden, qui a demandé l'asile politique à l'Équateur.
Inculpé notamment d'espionnage, Edward Snowden encourt 30 ans de réclusion aux États-Unis.

Célèbre dans le monde entier pour avoir mené de multiples enquêtes sur les atteintes aux droits de l'homme, l'ex-juge Garzon, âgé de 57 ans, a été condamné en février 2012 à 11 ans d'interdiction d'exercer après avoir ordonné des écoutes, en violation des droits de la défense, dans une enquête sur un réseau de corruption qui empoisonne la droite espagnole depuis 2009.

Wikileaks avait annoncé fin juillet 2012 que Baltasar Garzon dirigerait l'équipe de défense du site internet et de son fondateur, Julian Assange.

La Presse Canadienne

INOLTRE SU HUFFPOST

8 astuces pour sécuriser sa vie privée en ligne