NOUVELLES

Australie : le travailliste Kevin Rudd à nouveau premier ministre 

26/06/2013 10:28 EDT | Actualisé 26/08/2013 05:12 EDT

Kevin Rudd a été investi jeudi dans ses fonctions de nouveau premier ministre australien, au lendemain de la chute de Julia Gillard, évincée lors d'un vote interne au Parti travailliste à trois mois des législatives.

Le retour à ce poste de Kevin Rudd, ancien diplomate de 55 ans qui connaît le mandarin, a lieu au terme de trois années d'âpres querelles internes au camp travailliste, et au moment où l'Australie, douzième économie mondiale, pâtit du ralentissement de l'activité chez son premier partenaire commercial, la Chine.

La première tâche de Kevin Rudd de retour aux affaires sera de procéder à un important remaniement de l'équipe gouvernementale, à la suite d'une série de démissions de ministres de premier plan restés fidèles à Julia Gillard. Parmi les démissionnaires, le ministre du Commerce, Craig Emerson, le ministre du Changement climatique, Greg Combet, ou encore le vice-premier ministre, Wayne Swan.

Le ministre de l'Immigration, Chris Bowen, a d'ores et déjà été investi nouveau ministre des Finances et le ministre des Transports, Anthony Albanese, devient le numéro deux du gouvernement.

Mercredi, les députés et sénateurs travaillistes ont donné la victoire à Kevin Rudd par 57 voix contre 45.

Avant le vote, Julia Gillard avait annoncé qu'elle se retirerait de la vie politique en cas de défaite lors de ce scrutin interne.

Des élections à l'automne 

Kevin Rudd manoeuvrait depuis des mois pour tenter de mettre Julia Gillard sur la touche en raison de sondages prédisant une lourde défaite du Parti travailliste face aux conservateurs de Tony Abbott lors des prochaines législatives en Australie.

Ces élections, prévues le 14 septembre, pourraient même être avancées au mois d'août par Kevin Rudd, qui espérerait ainsi profiter de sa popularité auprès des électeurs et de la période de grâce traditionnellement accordée aux dirigeants dans les premiers mois de leur mandat.

Les sondages montrent que les travaillistes pourraient perdre jusqu'à 35 sièges aux prochaines élections, offrant aux conservateurs une majorité massive au sein du parlement de 150 sièges.

Kevin Rudd avait déjà été élu premier ministre en novembre 2007. Il était resté à ce poste jusqu'à la mi-2010.

Julia Gillard a vu s'éroder le soutien d'une bonne partie de l'opinion malgré la poursuite de la croissance et un faible taux de chômage, et des réformes sociales en faveur de l'éducation ou des handicapés. Des électeurs ne lui pardonnent pas d'avoir introduit une taxe carbone controversée après avoir promis de ne pas le faire en 2010.

Reuters 

PLUS:rc