NOUVELLES

Accusés de complot terroriste, Esseghaier et Jaser comparaissent à Toronto

25/06/2013 07:42 EDT | Actualisé 25/08/2013 05:12 EDT

Le dossier du Montréalais Chiheb Esseghaier - l'un des deux hommes soupçonnés d'avoir comploté pour commettre un attentat terroriste contre un train de passagers de VIA Rail - ne peut toujours pas aller de l'avant, car l'accusé n'a pas encore trouvé un avocat prêt à le défendre en s'appuyant sur les principes du Coran.

Chiheb Esseghaier et Raed Jaser ont brièvement comparu par vidéoconférence, mardi matin à Toronto. Leur prochaine audience a été fixée au 19 août.

La procureure de la Couronne, Sarah Shaikh, espérait pouvoir fixer dès mardi une date pour le début de l'enquête préliminaire. Cela s'est toutefois avéré impossible puisque Chiheb Esseghaier n'a personne pour le représenter.

Lors de ses précédentes apparitions en cour, Esseghaier a indiqué qu'il ne reconnaissait pas l'autorité du Code criminel.

« Je veux que l'avocat m'aide à ce que ma cause en réfère aux lois du livre saint plutôt qu'à des lois utilisées par des humains », avait-il dit à la cour lors de sa dernière comparution au début juin. « Je ne peux prendre un avocat incapable de répondre à ce besoin. »

Il s'agissait de la première fois, mardi, que l'accusé ne profitait pas de son audience pour dénoncer le Code criminel. Il a seulement pris la parole pour dire qu'il comprenait ce que la procureure disait.

Me Shaikh a affirmé que la demande d'aide juridique déposée par l'accusé avait été acceptée, mais que l'homme de 30 ans n'avait toujours pas déniché un avocat prêt à le défendre en se pliant à ses conditions.

La procureure a également déclaré au tribunal que les deux hommes avaient reçu une première communication de la preuve et qu'une seconde devait venir.

Chiheb Esseghaier et Raed Jaser ont été arrêtés en avril dernier, le premier à Montréal et le second à Toronto. Ils font face à plusieurs chefs d'accusation, notamment d'avoir participé à une activité d'un groupe terroriste et d'avoir comploté afin de commettre des meurtres au profit d'un groupe terroriste.

Selon les autorités policières, les deux hommes avaient fomenté un complot avec le soutien d'éléments iraniens d'Al-Qaïda dans le but de s'attaquer à un train de passagers de VIA Rail qui assure la liaison entre Toronto et New York.

S'ils sont reconnus coupables de ces accusations, ils pourraient écoper d'une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Un troisième individu, Ahmed Abassi, fait face à des accusations de terrorisme en lien avec cette affaire, mais du côté des États-Unis. Les procureurs allèguent qu'il aurait « radicalisé » Chiheb Esseghaier.

Les autorités américaines soutiennent également que l'accusé n'appuyait pas l'idée de l'attentat contre un train de passagers, préconisant plutôt une attaque bactérienne dans l'air et dans l'eau, qui aurait pu faire jusqu'à 100 000 victimes.

La Presse Canadienne

PLUS:rc