NOUVELLES

Montréal célèbre la fête nationale malgré le mauvais temps

24/06/2013 01:02 EDT | Actualisé 23/08/2013 05:12 EDT

Le traditionnel spectacle de la fête nationale avait lieu lundi soir au parc Maisonneuve à Montréal. Malgré un violent orage en début de soirée, des milliers de personnes se sont rassemblées pour l'événement, animé par Guy A. Lepage pour une cinquième année consécutive.

C'est Richard Séguin qui a ouvert le spectacle dès 21 h avec sa pièce Journée d'Amérique.

Le spectacle, qui était bien parti, a ensuite été rapidement interrompu à maintes reprises à cause de problèmes techniques au cours de la première heure.

C'est Samian et Anodajay qui ont relancé la soirée avec une solide performance de la pièce Les Mots. Le hip-hop, style musical souvent poétique et engagé, occupait une grande partie de la soirée cette année.

Les rappeurs Koriass et Manu Militari étaient présents eux aussi, alors que le chanteur Raoul Duguay s'est joint à Anodajay pour interpréter Le Beat à Ti-bi - une adaptation de sa chanson bien connue, La Bitt à Tibi.

Diane Dufresne, Pierre Lapointe et Marie-Mai se sont aussi relayés avec des pièces de leurs répertoires ainsi que quelques reprises, dont la pièce J'ai pour toi un lac de Gilles Vigneault, que Pierre Lapointe a interprété seul, au piano.

Karim Ouellet, un des artistes de l'heure au Québec, était l'invité-surprise de la soirée. Il a chanté L'Amour, son plus récent succès.

Autre moment fort, l'hommage aux Colocs et à Dédé Fortin avec les membres du groupe original, réunis pour célébrer leur 20e anniversaire. Les artistes ont fait chanter la foule avec des succès tels que Bon Yeu, La rue principale, Julie et Tassez-vous de d'là.

De nombreux discours patriotiques ont parsemé la soirée, dont une allocution rassembleuse de Guy A. Lepage d'entrée de jeu.

Le spectacle s'est conclu avec L'Hymne au Printemps, un hommage à Félix Leclerc, décédé il y a 25 ans cette année.

Plus tôt, le défilé de la fête nationale a eu lieu à Montréal. Le cortège s'est mis en branle vers 16 h 45 à l'intersection des rues Sherbrooke Est et Davidson et s'est terminé au parc Maisonneuve.

Cette année, le défilé était « participatif », a expliqué Ghislain Turcotte, le metteur en scène de l'événement. « Au lieu de s'installer sur le trottoir de la rue Sherbrooke, pourquoi ne pas marcher avec tout le monde vers le parc Maisonneuve », dit M. Turcotte.

La nouvelle équipe issue du Festival Juste pour rire a privilégié la créativité et mis de côté la dimension historique du défilé. Ainsi, les géants qui représentaient des personnages clés de l'histoire du Québec ont été entreposés et n'ont pas été utilisés pour le défilé cette année, expliquent les organisateurs.

Les participants avaient le choix entre quatre ateliers. Ils pouvaient notamment participer à la fabrication de marionnettes géantes qui ont été déployées lors du défilé. Ils ont aussi eu l'occasion de chanter et de danser, dans le cadre d'un atelier de percussions, ou de pratiquer leurs alexandrins, lors d'une séance de création de poésie. Le public pouvait aussi imaginer des slogans à inscrire sur des t-shirts et sur des banderoles. Enfin, le dernier atelier permettait aux participants de s'initier aux graffitis avec le graffiteur Monk.E.

Le défilé de la Fête nationale à Montréal et le grand spectacle qui a suivi au parc Maisonneuve se sont déroulés dans l'ordre. En milieu de nuit, mardi, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne rapportait que trois arrestations.

PLUS:rc