DIVERTISSEMENT

FrancoFolies 2013 : à toi, Claude (PHOTOS)

23/06/2013 09:19 EDT | Actualisé 23/08/2013 05:12 EDT
David Kirouac

Il y a deux ans déjà, le monument de la chanson francophone Claude Léveillée nous quittait, mais laissait au Québec tout un lègue de chansons et de textes. En concert de clôture des FrancoFolies de Montréal, de nombreux artistes ont tenu à célébrer l’homme, le pianiste et le poète.

Le pianiste et auteur-compositeur-interprète a marqué l’histoire de la chanson québécoise et du même coup toute une génération. Connu pour son lyrisme et son expressivité quelque peu théâtrale, il a composé pour la chanteuse française Édith Piaf et pour bien des créateurs québécois. Il a aussi fait paraître des dizaines d’albums et légué plus de 400 chansons.

Les chanteurs et musiciens Robert Charlebois, Jean-Pierre Ferland, Oliver Jones, Mario Pelchat, Marie Denise Pelletier, Jorane, Nicola Ciccone, Marie-Élaine Thibert, Florence K, Stefie Shock, Daniel Clarke Bouchard (jeune pianiste doué), Catherine Durand ainsi que les comédiens Pascale MontPetit et Yves Desgagnés étaient sur la scène de la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts pour rendre hommage à son talent.

Mis en scène par Sylvie Rémillard, la soirée était fort simple. Les artistes venaient à tour de rôle présenter les grands succès de Claude Léveillée, la plupart du temps accompagnés par l’orchestre de six musiciens et deux choristes. À l’occasion, les instruments se taisaient afin de laisser place au piano à queue, noir, Le ton était souvent doux, parfois avec des touches de rock.

Les classiques

Le bal s’est ouvert avec le morceau Les rendez-vous, texte récité par MontPetit et Desgagnés puis chanté par la suite. Juste après, Jean-Pierre Ferland s’est avancé sur scène pour offrir avec sensibilité la superbe La légende du cheval blanc. Un peu plus tard, un enregistrement d’Édith Piaf sera diffusé, avec des dizaines de portraits photo présentés à l’immense écran géant disposé à l’arrière-scène. La pièce Le vieux piano résonnait dans la salle.

Durant les deux heures de spectacle, Oliver Jones s’est notamment approprié Gigue et Jazz au piano, Stefie Shock la pièce Taxi (assez dynamique), Catherine Durand a chanté Cheval de bois à la guitare électrique, La scène fut choisie par Marie-Élaine Thibert et L’étoile d’Amérique a été doucement livré par Nicolas Ciconne. Sans grande surprise, et tant mieux, c’est Robert Charlebois qui a livré vers la fin le classique des classiques de Léveillée, Frédéric. Un des meilleurs moments de l’événement avec Le temps d’une chanson, en clôture du spectacle, qui a été interprété par tous les artistes.

Dans l’ensemble un bel hommage, malgré un manque d’émotion dans certaines interprétations. Il manquait peut-être un contact plus touchant entre les artistes invités et le public, à l’image des anecdotes racontées par Ferland.

INOLTRE SU HUFFPOST

FrancoFolies: 22 juin 2013