Huffpost Canada Quebec qc
Myriam Lefebvre Headshot

FrancoFolies 2013: Chantal Archambault, lumineuse dans son folk, radieuse dans la vie (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:
CHANTAL ARCHAMBAULT
Chantal Archambault. (Courtoisie) | Courtoisie

Amoureuse de la vie, comblée de plusieurs petits bonheurs à la fois, Chantal Archambault s’émerveille de tout ce qui l’entoure. Inutile de le mentionner, l’auteure-compositrice-interprète est donc extrêmement enthousiaste à l’idée de participer aux FrancoFolies, d’autant plus que son spectacle sera présenté en formule double, aux côtés de Tire le coyote. « Ce sera une super belle soirée avec Benoit Pinette. Nos styles se marient vraiment bien et on est de bons amis », affirme-t-elle en entrevue.

Comme Chantal Archambault a prêté sa voix aux deux derniers disques de Tire le coyote, elle s’immiscera dans la prestation de ce dernier. « Il va m’exploiter ce soir-là ! », lance-t-elle en riant. La soirée sera ponctuée de petites surprises, rien de pyrotechnique, dit-elle à la blague, mais il y aura tout de même quelques nouveautés dans la présentation. « On s’est poussé dans des endroits où l’on ne va pas nécessairement. J’ai même pratiqué une chanson que je ne connaissais pas », révèle-t-elle.

Une belle chimie au rendez-vous

Si plusieurs fans de l’artiste ont remarqué une grande évolution entre ses deux albums, La romance des couteaux et Les élans, sorti en février dernier, ceci est notamment attribuable à la chimie qu’elle a développée avec ses musiciens et son réalisateur, Dany Placard. Ce dernier, acolyte de la chanteuse depuis ses débuts, ne cesse de l’inspirer: « Dany, c’est vraiment un mentor… un grand frère pour moi! Chaque fois que je doute, il m’aide à remettre les choses en perspective ».

En entrevue, la chanteuse raconte d’ailleurs une belle anecdote, témoignant de son amitié avec lui. « Il n’y a pas longtemps, j’ai demandé à mon band de me sortir des premiers jets pour m’aider à avancer tranquillement. Cette semaine, quand j’ai croisé Dany Placard, je lui ai dit: ‘OK, attelle-toi. Il faut que tu me sortes quelque chose de rythmé !’ Lui, il me répondait qu’il ne compose pas trop ces temps-ci, mais je savais très bien que ce n’était pas vrai. En plus, il s’est acheté une nouvelle guitare et il m’a dit que chaque fois qu’il tombe dessus, il y a une toune qui sort. Et voilà, cinq minutes plus tard, il est revenu vers mes musiciens et moi avec un riff. On est allé à notre local, on a sorti quelque chose. On était crampé ! », explique-t-elle.

Chantal Archambault ne voudrait pour rien au monde se départir de ses musiciens actuels. « Depuis un petit bout, je ne voulais plus composer parce que je trouve mon registre très serré. Je voulais prendre un recul d’un an. […] Je cherche en fait à changer ma façon de jouer et trouver de nouvelles pantoufles pour me déstabiliser un peu. En demandant aux gars de composer quelques premiers jets pour moi, ça me permet de pousser mes affaires plus loin et de découvrir autre chose que ce que je fais », croit l’artiste.

LES QUESTIONS HUFFPOST

1.Quel est ton lieu préféré à Montréal?

R. Taverne Square Dominion

2. Nomme un mot de la langue française pour décrire ton œuvre.

R. Féminine…ah et mielleuse aussi...

Le vent de l’Ouest

Récemment, on a souvent entendu la fameuse expression « vent de l’Est » en musique folk et country avec Les Hay Babies, Les Sœurs Boulay et Lisa Leblanc. Étant originaire de l’Abitibi-Témiscamingue, à sens opposé, Chantal Archambault dit ne rien leur envier quant à leur région natale, mais avoue avoir beaucoup d’estime pour leur musique. « Par exemple, Les Sœurs Boulay, elles sont jeunes! Il y a toute une énergie qui est là quand on est plus jeune, une espèce de fougue ! Je suis complètement tombé en amour avec ces filles-là. C’est vraiment des coups de foudre et je suis contente parce que c’est rare que je tripe sur des artistes féminines québécoises. Je peux les compter sur mes doigts », explique-t-elle.

Fière ambassadrice de l’Abitibi, elle croit que son parcours aurait été bien différent si elle avait vécu en ville. « L’apport de ma région dans ma carrière, c’est la confiance, l’appui, la reconnaissance… ce que je n’aurais jamais eu si j’avais commencé à Montréal. Avant, je n’avais pas confiance en moi et je n’avais pas l’espèce de désir intense de faire ça », avoue la chanteuse.

Chantal Archambault sillonne les routes du Québec tout l’été pour y présenter son spectacle dans différents festivals. Elle fait également partie de la tournée Tous les garçons, toutes les filles en compagnie de Michel Faubert, Emilie Clepper et Tire le coyote.

Chantal Archambault et Tire le coyote - 22 juin, 19h30 - L'Astral

EN VIDÉO:

EN IMAGES:

FrancoFolies: 21 juin 2013
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée