Huffpost Canada Quebec qc
Myriam Lefebvre Headshot

FrancoFolies 2013: le charme de Féfé (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:
FEFE
Féfé. (Crédit photo: Jean-Marc Lubrano) | Jean-Marc Lubrano

Son album s’intitule Le charme des premiers jours; Féfé traverse l’Atlantique avec l’attitude d’un conquérant, prêt à tout pour charmer les Québécois avec cet effort qui sortira le 18 juin.

L’ancien membre du collectif rap Saïan Supa Crew en est déjà à son deuxième album solo. Sans s’éloigner de ses racines rap, l’artiste dévoile cette fois des morceaux plus chantés et plus pop. « Certains disent que c’est plus rap, d’autres disent que c’est plus chanté. Je crois que j’ai vraiment brouillé les cartes », affirme le musicien français. L’album propose des grooves entraînants, des pièces aussi pétillantes que le regard du chanteur.

Féfé offrira une prestation ce soir, puis demain en première partie de Karim Ouellet avec qui il a co-signé la pièce La Parodie, titre pop et accrocheur qui s’allie parfaitement aux journées ensoleillées de Montréal.

Le Huffington Post Québec s’est entretenu avec Féfé. Découvrez l’artiste en quelques questions.

Q. Ton album Le charme des premiers jours a été très bien reçu en France. Comment te sens-tu à l’idée de le présenter à Montréal ?
R. J’ai hâte de voir la réaction du public parce que c’est toujours un recommencement. Même en France, pour chaque album que je crée, il n’y a rien d’acquis. Je ne suis pas un artiste que l’on peut classer dans une case précise, donc je dois d’autant plus me prouver et expliquer aux gens qu’il est possible de naviguer dans différents styles. En fait, c’est un style et c’est le mien.

Q. La chanson La Parodie est extrêmement accrocheuse. On y sent une belle chimie entre Karim Ouellet et toi. Comment vous êtes-vous rencontrés ?
R. Il était venu il y a trois ans à Paris dans une salle très intime. Je connaissais quelqu’un du milieu qui m’avait dit « Il faut que tu viennes au concert ». J’y étais donc allé pour voir cette personne que je n’avais pas vue depuis longtemps. Karim Ouellet, je ne savais pas qui c’était. Je suis donc resté pour le concert et j’ai vraiment kiffé. Je suis resté après, on a sympathisé et j’ai regardé avec lui s’il était ouvert à collaborer. J’étais même prêt à venir à Montréal pour essayer des trucs avec lui. J’aimais vraiment la vibe. Quand il préparait la sortie de son album, je préparais la sortie du mien. Et on est donc entré en contact.

LES TROIS QUESTIONS HUFFPOST

1. Quel artiste suggères-tu aux Montréalais d’aller voir durant les FrancoFolies, mis à part toi?

R. Karim Ouellet

2. Quel est ton lieu favori de Montréal?

R. La rue Sainte-Catherine

3. Nomme un mot de la langue française pour décrire ton œuvre.

R. Métissé

Q. Sans délaisser le rap, on sent que la chanson prend davantage de place dans ta musique, notamment sur Le charme des premiers jours. Par ce changement, qu’as-tu appris sur le plan technique ?
R. J’ai appris la guitare avant de faire mon premier album et j’ai donc un rapport autodidacte. Je ne connais pas le solfège. C’est venu comme ça! J’ai été élevé avec du Marvin Gaye, du Kenny Rogers, Hallyday, Nougaro aussi... J’aimerais pouvoir faire ce mélange interdit entre le rap et la chanson. C’est ce que j’essaie désespérément de faire.

Q. La pièce Cause toujours traite des conditions difficiles des artistes d’aujourd’hui. Qu’as-tu à dire sur le sujet ?
R. C’est un morceau qui est sorti d’un coup parce que j’étais fâché pour une prise de tête avec la maison de disques. C’est sorti comme ça. Tout était sorti en réponse à cela. Moi, j’appelle ça une crotte de nez. Maintenant, tout s’est arrangé. Cela dit, ce qui est difficile dans l’industrie du disque, c’est que «musique» et «industrie», ça ne va pas ensemble. C’est dur pour les artistes d’être parfois traité comme des caisses de savon, en matière de ventes et de marketing.

Q. Pour les gens qui te découvriront sur scène, à quoi peut-on s’attendre de ton spectacle ?
R. Ce que j’aime, c’est la communion, c’est-à-dire de pouvoir communiquer un maximum avec les gens. Et j’essaie de me sentir chez moi partout où je suis.

Féfé - 15 juin, 20h - Scène La Presse+ / 16 juin, 19h - Club Soda (Première partie de Karim Ouellet)

EN VIDÉO:

EN IMAGES:

FrancoFolies: 14 juin 2013
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée