POLITIQUE

Pauline Marois confirme l'octroi de 4 millions $ pour la relance d'Aveos

11/06/2013 03:08 EDT | Actualisé 11/08/2013 05:12 EDT
PC

QUÉBEC - Pauline Marois a confirmé mardi que Québec versera une subvention de près de 4 millions $ à Lockheed Martin pour la relance du centre d'entretien d'aéronefs Aveos à Montréal, dont la fermeture, en mars 2012, s'était traduite par la mise à pied de 1800 travailleurs.

Aveos, dont la quasi-totalité des activités était centrée sur l'entretien des appareils Airbus et Embraer d'Air Canada, avait déclaré faillite après qu'Air Canada eut transféré la majorité de ces activités à l'extérieur du pays.

L'affaire avait soulevé un tollé, le gouvernement du Québec et la ville de Montréal invoquant les obligations légales d'Air Canada d'effectuer l'entretien de ses appareils au pays. Aveos était d'ailleurs à l'origine une filiale d'Air Canada, mais le transporteur aérien canadien s'en était départi en 2007.

Québec a eu gain de cause dans ce dossier en Cour supérieure mais Air Canada en a appelé et la cause est toujours devant les tribunaux.

L'implication de Lockheed Martin était connue depuis un certain temps, le constructeur américain d'avions militaires et de systèmes de défense s'étant porté acquéreur de la division de l'entretien des moteurs d'Aveos en janvier dernier.

Il s'agit d'un projet totalisant 31 millions $ qui devrait créer 220 emplois d'ici trois ans.

Par ailleurs, en avril dernier, la firme britannique A.J. Walter Aviation avait mis la main sur la division d'entretien des composantes d'Aveos, afin de s'en servir pour l'entretien et la réparation de pièces d'avion.

Ce projet devrait ajouter de 200 à 300 emplois additionnels d'ici trois ans également.

Dans ce cas, il s'agit d'un investissement de 30 millions $ auquel Québec a contribué une subvention de 3 millions $ et un prêt de 4 millions $, alors que le Fonds de solidarité de la FTQ a joué un rôle pivot avec un prêt non garanti de 12 millions $.

En confirmant la subvention au géant américain de la défense, mardi, la première ministre Marois a dit espérer que la relance sera soutenue par des contrats d'entretien substantiels.

«C'est une excellente nouvelle pour Montréal, pour les travailleurs d'Aveos, qui sont quand même des gens hautement spécialisés et qui pourront donc reprendre leur travail et nous espérons que l'entretien des avions canadiens pourra être fait à ce centre», a dit la première ministre.

Rappelons que Lockheed Martin est le fabricant du chasseur F-35 dont le gouvernement de Stephen Harper avait annoncé en grande pompe l'acquisition de 65 exemplaires au coût de 9 milliards $, avant de tout recommencer le processus d'achat lorsque le Vérificateur général a révélé que la facture totale atteindrait plutôt les 45 milliards $.