DIVERTISSEMENT

Entre Véro inc. et le Bye Bye : une année de création pour Louis Morissette (ENTREVUE)

09/06/2013 10:11 EDT | Actualisé 09/08/2013 05:12 EDT
PC

La prochaine année en sera surtout une de création pour Louis Morissette. L'homme sera en effet davantage derrière que devant la caméra, alors qu'avec sa boîte KOTV, il produira la nouvelle émission du duo Les Satiriques, Les gars des vues, la troisième saison des Détestables, le Bye Bye 2013 et le docu-réalité Véro inc. D'autres projets devraient être annoncés sous peu, et l'auteur et concepteur se réserve aussi des plages dans son horaire pour écrire et développer des idées.

C'est lors du dévoilement des nominations du prochain Gala des prix Gémeaux, jeudi dernier, que Le Huffington Post Québec s'est entretenu avec Louis Morissette. Celui-ci avait d'excellentes raisons de célébrer, puisque la comédie Et si ?, dans laquelle il joue et dont il est l'une des têtes pensantes, a récolé pas moins de cinq mentions dans des catégories de pointe, incluant celles de Meilleure série humoristique et Meilleure interprétation : humour. De quoi le consoler de la fin abrupte de la série qui, l'a-t-on appris il y a quelques semaines, ne sera pas de retour sur les ondes de V à l'automne. Par contre, plusieurs se sont étonnés de ne trouver nulle trace des Détestables dans la liste des finalistes. Le concept mettant en vedette des « p'tits vieux » joueurs de tours avait pourtant été cité à deux reprises l'an dernier.

« C'est souvent le lot des émissions de caméras cachées, a expliqué Louis, pas particulièrement déçu. Elles génèrent de grosses cotes d'écoute, les gens aiment ça, mais, généralement, elles n'ont pas très bonne presse dans l'industrie. On dirait que, cette année, c'est la gang de Et si? qui a pris la place. Je m'excuse à la gang des Détestables! (rires) »

Bien sûr, Louis Morissette s'est également réjoui des 10 nominations obtenues par le Bye Bye 2012, son dernier (avant un bon moment, du moins) à titre d'auteur et comédien. Il n'a toutefois pas l'impression que cette reconnaissance vient boucler une boucle, puisqu'il enfilera à nouveau son chapeau de producteur pour la prochaine édition de la revue de fin d'année.

« J'espère qu'on aura autant de nominations l'an prochain. Dans les catégories où on est nommés, il y en a plusieurs qui ne me touchent pas personnellement, comme les maquillages, les décors, le montage. Et ces gens-là sont tellement importants dans la réussite du show! Ça ne sera pas différent cette année. Pour le Bye Bye 2013, moi, je serai un petit peu moins là, mais eux y seront encore », a spécifié celui qui n'a pas le sentiment d'être revenu sur sa parole en acceptant de s'impliquer une fois de plus dans cette grande aventure, même s'il avait répété qu'il prendrait une pause après le tour de piste de 2012. D'ailleurs, ne tentez pas de lui soutirer quelque secret que ce soit en ce qui a trait au Bye Bye 2013; Radio-Canada a laissé entendre que la formule du rendez-vous humoristique serait modifiée, mais il faudra attendre la rentrée de septembre pour en savoir davantage.

Véro inc. : pas une téléréalité

L'autre entreprise de Louis Morissette et sa bande qui risque de faire couler beaucoup d'encre dans les prochains mois, c'est Véro inc., ce croisement entre le documentaire et la téléréalité que Canal Vie intégrera à sa programmation d'automne, et qui s'attardera aux coulisses des activités professionnelles de Véronique Cloutier. Le conjoint de l'animatrice préférée des Québécois a réitéré ce qu'il a mentionné à quelques reprises, soit que cette incursion dans leur quotidien n'aura rien d'une autopromotion indiscrète, déjouant ainsi les mauvaises langues qui voudraient déjà décrier l'exercice.

« Ceux qui s'attendent à voir une téléréalité vont être déçus, parce que ce n'est pas du tout l'objectif, a-t-il souligné. Ce qu'on veut, c'est de montrer l'autre vie de Véro. On la voit aux Enfants de la télé, on l'entend à la radio, mais qu'est-ce qu'il y a derrière tout ça? Comment elle arrive à tout concilier? Sa participation dans la ligne de vêtements à l'Aubainerie, dans la campagne de publicité de Jouviance, le démarrage de son magazine... On est loin de Jersey Shore ! Les gens qui espèrent nous voir nous disputer en pyjama devront changer de poste. On restera orientés sur le professionnel, en axant sur le côté femme d'affaires. Véro, c'est maintenant une marque de commerce, une PME. Ça ressemblera un peu au reportage qu'avait réalisé l'équipe d'Une heure sur terre à propos de Georges St-Pierre. »

Les admirateurs de Véronique Cloutier qui suivent leur idole sur les réseaux sociaux ont pu remarquer, dans les derniers jours, que celle-ci a commencé à se prêter à des séances photos, dont le résultat illustrera éventuellement le magazine à l'effigie de la vedette qu'éditera bientôt Transcontinental quatre fois par année. La publication s'articulera autour de l'univers de la tête d'affiche de Rythme FM et réunira les plumes de différents journalistes et chroniqueurs. Louis Morissette ne cache pas que ce nouveau véhicule leur permettra, à Véro et lui, de préserver leur lien avec le public sans avoir à s'associer aux périodiques déjà existants et, par le fait même, faire des mécontents.

« Totalement, a-t-il admis. Il y a trois ou quatre grands groupes médiatiques. Quand tu collabores avec un, les autres sont fâchés. Et le message ne sort pas toujours comme on l'aurait souhaité. Alors, plutôt que d'avoir à se séparer et faire des compromis, on va le faire à notre façon. On va continuer de parler aux autres médias, c'est sûr, mais c'est parfois difficile de choisir. La Semaine et 7 Jours, par exemple, parlent d'actualité artistique, et n'ont pas le même mandat que Clin d'œil, Châtelaine et Elle Québec. Et on ne veut pas se mêler de leurs guerres à eux! »

INOLTRE SU HUFFPOST

Bye bye 2012