NOUVELLES

Jonathan Dutil dit avoir vécu un « black-out »

07/06/2013 02:06 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT

À son procès pour tentative de meurtre, Jonathan Dutil a raconté avoir été intoxiqué par l'alcool et la drogue le jour où son ex-conjointe a été sauvagement agressée. L'homme de 30 ans dit avoir vécu un « black-out » d'environ une heure trente au moment des gestes reprochés.

La jeune femme a été battue à coups de pied de biche le 16 juillet 2010 à Saint-Nérée-de-Bellechasse.

L'accusé de 30 ans a pleuré à plusieurs reprises durant son témoignage. Il a raconté qu'il avait bu une quinzaine de bières avec la victime durant les heures précédant le drame, qu'ils avaient fumé un joint ensemble et consommé de la poudre blanche.

Jonathan Dutil a affirmé avoir décelé à un moment un goût salé dans sa bière et avoir soupçonné sa copine d'y avoir mis de la drogue. Il lui aurait alors demandé : « Quelle cochonnerie as-tu mise dans mon verre? »

Jonathan Dutil se souvient ensuite être allé chercher des outils dans un garage, puis avoir « perdu la carte ». « J'ai eu un black-out total, je ne me souviens de rien », a déclaré l'accusé.

Quand il est revenu à lui, il avait une barre de fer à la main gauche et la victime était par terre, inerte. Il a dit avoir pensé l'amener au CLSC et l'a transporté dans sa voiture. Il la conduira plutôt dans un boisé où il l'a laissée seule avant de s'enfuir.

En pleurant, l'accusé a dit : « Je l'aimais. Je n'ai jamais eu l'intention de la tuer. »

En contre-interrogatoire, le procureur de la Couronne lui a demandé pourquoi il n'avait pas tout simplement appelé les secours sur place. La Couronne a aussi mis en lumière la mémoire plutôt sélective de l'accusé. Jonathan Dutil a par moment des souvenirs très précis et détaillés des événements, alors que d'autres fois il demeure très évasif. 

Le contre-interrogatoire se poursuivra le 14 juin.

Une relation difficile

Durant son témoignage, l'accusé a aussi parlé de sa fréquentation cachée avec la jeune femme. À la suite d'une querelle, Jonathan Dutil a été accusé de méfaits et la Cour lui avait interdit de fréquenter la victime.

Le couple, qui avait commencé à se fréquenter à l'automne 2009, consommait régulièrement de l'alcool et de la drogue. Jonathan Dutil a aussi raconté avoir suivi une thérapie pour traiter sa dépendance.

La victime âgée de 33 ans a témoigné jeudi et garde d'importantes séquelles de l'agression. Elle a subi un grave traumatisme crânien. Elle parle et marche avec difficulté et ne peut plus s'occuper de son enfant de sept ans, ni travailler.

PLUS:rc