POLITIQUE

Récent avis de faire bouillir l'eau : les Montréalais n'ont jamais été en danger, dit la Ville

06/06/2013 11:03 EDT | Actualisé 06/08/2013 05:12 EDT
CP

La Ville de Montréal a fait le point jeudi matin sur les incidents qui ont conduit à l'avis d'ébullition de l'eau du 22 mai dernier, attribuant l'événement à « une succession d'incidents imprévisibles et simultanés », dont la défaillance d'une pompe du réservoir.

Il s'agit d'une « conjoncture défavorable et exceptionnelle » a soutenu le maire Michael Applebaum, annonçant que tout sera fait pour éviter la répétition de ce genre de situation. « Ce doit être la dernière fois », a-t-il précisé.

À la suite d'un résultat de non-conformité après une opération de mise à niveau à l'usine Atwater de traitement de l'eau potable, quelque 1,3 million de Montréalais, ainsi que les résidents de la ville de Charlemagne, ont passé 36 heures sans eau potable, leur causant de nombreux désagréments.

Chantal Morrissette, directrice principale du Service de l'eau, a expliqué que c'est dans le cadre de travaux visant à retirer une membrane protectrice installée temporairement dans un des réservoirs de l'usine Atwater qu'une « succession rapide et fortuite d'événements » a provoqué un abaissement rapide du niveau de l'eau dans le réservoir. La pompe du réservoir aurait dû s'arrêter automatiquement avant d'atteindre un niveau critique, mais cela ne s'est pas produit. C'est alors que les particules qui se trouvaient dans le fond du bassin se sont retrouvées en suspension. La directrice a affirmé que les employés avaient pourtant effectué cette manœuvre à plusieurs reprises sans problème.

À la suite de l'incident, le service de l'eau étudie des méthodes alternatives pour retirer les membranes, telles que la plongée sous-marine. En attendant, Mme Morrissette a précisé que les travaux à l'usine avaient été suspendus.

Michael Applebaum a également tenu à préciser que, contrairement à ce qui avait déjà été avancé, le problème à l'usine n'était pas le résultat d'une faute professionnelle.

Le maire de Montréal, Michael Applebaum, a tenu à rassurer ses concitoyens sur la qualité de l'eau. « La qualité de l'eau a toujours été une priorité et nous prenons toutes les actions nécessaires pour maintenir cette qualité », a déclaré le maire. Pour ce faire, la Ville a mis en place un groupe d'experts conseil, qui aura, entre autres, le mandat d'analyser tous les travaux exigeant l'arrêt de l'usine et procédera à l'analyse de risques relatifs à toutes les phases de la mise aux normes. Le groupe de travail devra également revoir et bonifier les procédures de communications envers les citoyens.

Robert Lamontagne, directeur général de la Ville, a soutenu que, malgré sa couleur brunâtre, l'eau qui sortait des robinets avait été traitée et ne représentait pas un danger pour la santé. « Il importait avant tout de ne prendre aucun risque », a-t-il ajouté pour expliquer les mesures prises par la Ville le 22 mai.

Les résidents touchés par l'avis devaient faire bouillir l'eau au moins une minute avant de la consommer. Aucune bactérie, notamment E-Coli ou coliformes, n'avait toutefois été trouvée dans les échantillons analysés et les citoyens ont pu retrouver l'usage de l'eau potable sans restriction au bout de 36 heures.

L'avis avait été émis à la suite d'un résultat de non-conformité relié à une opération de mise à niveau à la station Atwater de traitement de l'eau potable. La station effectue présentement des travaux qui nécessitent de baisser le niveau d'eau des bassins. Or, ce niveau a trop baissé, de telle sorte que les sédiments du fond se sont mêlés à l'eau potable.

*** Pour voir notre infographie interactive à partir d'un appareil mobile, cliquez ici.