POLITIQUE

«Le bureau du PM a trop de pouvoir»-le député Brent Rathgeber

06/06/2013 03:14 EDT | Actualisé 06/06/2013 03:20 EDT
Handout/CP

Le député fédéral d'Edmonton-St. Albert, Brent Rathgeber, qui a décidé de quitter le caucus conservateur mercredi, a expliqué son geste en conférence de presse dans sa circonscription, tandis que le directeur des communications du premier ministre Stephen Harper demande que le député albertain renonce à son siège.

Brent Rathgeber a annoncé sa décision mercredi soir par l'entremise de son compte Twitter, reprochant au gouvernement conservateur « son manque d'engagement en matière de transparence ».

« Je crois que les députés doivent se tenir debout. Trop de députés d'arrière-ban font ce que le bureau du premier ministre leur demande de faire. C'est une façon d'avancer leur carrière au gouvernement. Je crois que le bureau du premier ministre a trop de pouvoir, qu'il ne respecte pas la législature [et] qu'il n'y a pas de séparation suffisante entre les branches exécutive et législative du gouvernement. Avec le scandale Wright-Duffy, on voit qu'il n'y a virtuellement pas de séparation », a-t-il déclaré en conférence de presse.

« Avant, nous critiquions les libéraux pour les dépenses exagérées et le scandale des commandites. Les réformistes conservateurs se targuaient de vouloir faire le ménage, en mettant en avant la transparence et la responsabilité. Mais nous nous transformons en ce que nous critiquions. » — Brent Rathgeber

En entrevue à CBC quelques heures plus tôt, le député a expliqué plus en détail sa décision. « Je n'essaie pas de mener une révolte. Je fais ce que je dois faire pour moi et pour mes commettants. Je ne crois pas que je sois en mesure de les représenter quand on me dit comment voter, quand on me dit quoi dire. Et quand ce genre de contrôle qui s'exerce en Chambre commence à s'étendre aux comités, ça empêche les députés de faire leur travail », dit-il.

« Je soutiens toujours le premier ministre et le gouvernement, mais je ne vais pas l'appuyer automatiquement sur chaque question. Je vais agir en tant qu'indépendant et voter pour ou contre les projets de loi au cas par cas », ajoute-t-il.

En guerre pour plus de transparence

Plus tôt mercredi, M. Rathgeber avait vu la portée de l'un de ses projets de loi d'initiative privée fortement diminuée par un comité de la Chambre des communes. Le projet de loi portait sur la transparence des salaires des fonctionnaires, dont ceux gagnant plus de 188 000 $ par année. La majorité conservatrice au comité qui se penchait sur cette mesure a passé des amendements pour hausser cette barre à 444 661 $, ce qui, selon le député, fait perdre toutes ses dents au projet de loi.

Selon lui, le bureau du premier ministre essaie ainsi de protéger certains hauts fonctionnaires en faisant en sorte que leur salaire ne soit pas divulgué.

Selon M. Rathgeber, il est clair que les députés conservateurs obéissent à des « ordres venus d'en haut » quand vient le temps de voter. Plusieurs, pour leur avoir parlé, étaient d'accord avec le projet de loi tel qu'il l'avait présenté, dit-il, mais quand est venu le temps de voter, ils ont brusquement changé d'avis.

Il dit qu'il ne sait pas qui, du ministre de la Justice, du bureau du whip ou du bureau du premier ministre, est intervenu auprès de ses collègues conservateurs concernant son projet de loi, mais il ne peut s'expliquer leur brusque changement d'attitude autrement que par un ordre émanant de ces instances.

M. Rathgeber devrait démissionner, dit le bureau de Harper

Andrew MacDougall, directeur des communications du premier ministre Stephen Harper, n'a pas tardé à réagir mercredi sur Twitter, estimant que M. Rathgeber devait démissionner de son poste de député.

« Les électeurs d'Edmonton-St. Albert ont élu un député conservateur. M. Rathgeber devrait démissionner et se porter candidat dans une élection complémentaire. » — Andrew MacDougall, directeur des communications du bureau du PM

« J'ai été élu et j'ai le droit de quitter le caucus si je l'entends », a rétorqué M. Rathgeber en entrevue.

La semaine dernière, le député Rathgeber avait exprimé son mécontentement par rapport au scandale des dépenses de sénateurs et à la gestion de l'affaire par le gouvernement conservateur.

En juin 2012, il avait aussi critiqué les dépenses de certains de ses collègues députés. Il s'en prenait aux députés qui payaient des centaines de milliers de dollars en heures supplémentaires pour les chauffeurs de leur limousine.

M. Rathgeber avait aussi appuyé son collègue Mark Warawa dans sa bataille pour le droit de parole des députés aux Communes.

Le député tient aussi un blogue, où il affirme que les critiques venant de l'intérieur du parti sont beaucoup plus efficaces que celles provenant des partis d'opposition pour changer les pratiques qu'il juge néfastes.

Originaire de la Saskatchewan, Brent Rathgeber a été élu à la Chambre des communes en 2008, puis réélu en 2011. Il a également représenté la circonscription d'Edmonton-Calder à l'Assemblée législative de l'Aberta, entre 2001 et 2004.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper