Québec dépose un projet de règlement autorisant la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation du pétrole de schiste.

Le projet qui a été publié le 29 mai dernier dans la Gazette officielle permettrait le forage d'un puits à partir de 400 m sous l'aquifère. La norme en vigueur au Dakota du Nord, où l'exploitation du pétrole de schiste bat son plein, a été fixée à 1000 m sous la nappe phréatique.

Extrait du règlement 42, page 17 de la Gazette officielle du 29 mai 2013.

42. La fracturation d'un puits destiné à l'exploration ou à l'exploitation du pétrole ou du gaz naturel est interdite à moins de 400 mètres sous la base d'un aquifère.

Une consultation publique de 30 jours a été lancée sur la réglementation, et ce, à partir du 29 mai. Aucun vote n'est prévu sur le sujet.

La publication du projet de règlement encadrant la fracturation d'un puits de pétrole au Québec serait passée presque inaperçue sans l'intervention du docteur et ingénieur en géologie Marc Durand. Le spécialiste a soulevé le sujet, mardi soir, à Québec lors d'une présentation sur les conséquences des forages sur l'île d'Anticosti. « Ce règlement, soutient Marc Durand, aura des impacts énormes sur Anticosti. Le démarrage de la fracturation hydraulique qui est maintenant autorisée à Anticosti. »

Pour le géologue, le projet de règlement semble avoir été bâti sur mesure pour accommoder les pétrolières qui détiennent les droits d'exploration sur l'île.

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, qui a accepté de déposer à l'Assemblée nationale une pétition demandant un moratoire sur l'exploitation et l'exploration du pétrole sur Anticosti, est du même avis. « Le gouvernement, dit-il, s'apprête, sous commande de l'industrie, à introduire une norme ici qui est en deçà de la norme qui est recommandée par l'industrie au Dakota où ils sont très permissifs. »

Selon Marc Durand si la norme en vigueur au Dakota du Nord était appliquée au Québec, c'est plus de 80 % du territoire de l'île d'Anticosti qui serait soustrait à l'exploration et à l'exploitation du pétrole.

Aussi sur Le HuffPost:

Loading Slideshow...
  • POUR: le potentiel énergétique

    Les réserves de gaz de schiste au Québec sont importantes, et le potentiel d'exploitation est indéniable, ce qui pourrait rapporter des redevances à l'État. Dans <em>The Telegraph</em>, Christopher Booker <a href="http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/christopherbooker/8500496/Shale-gas-could-solve-the-worlds-energy-problems.html" target="_hplink">estime que les réserves seraient suffisantes pour assurer les besoins énergétiques pour des centaines d'années</a>.

  • CONTRE: la pollution de l'eau

    La fracturation hydraulique, qui consiste à pulvériser un mélange de produits chimiques et de sable sur la pierre pour faire éclose le gaz, pose des risques de contamination de la nappe phréatique. Une douzaine de cas ont été répertoriés aux États-Unis. Les images d'eau qui s'enflamme ont aussi fait le tour du monde. Une <a href="http://insideclimatenews.org/news/20111104/gasfrac-propane-natural-gas-drilling-hydraulic-fracturing-fracking-drinking-water-marcellus-shale-new-york" target="_hplink">nouvelle méthode de fractruation sans eau </a>est envisagée aux États-Unis, mais les écologistes sont sceptiques.

  • CONTRE: Plus d'émission que le charbon

    Le méthane qui se dégage lors de la fracturation est un des principaux gaz à effet de serre. Selon plusieurs études, ces émissions sont supérieures de 20 % à celles dégagées pendant l'exploitation du charbon.

  • POUR: Plus vert que les autres énergies fossiles

    <a href="http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=natural-gas-could-serve-as-bridge-fuel-to-low-carbon-future" target="_hplink">Les chercheurs du MIT ont conclu</a> que remplacer les centrales de charbon par des centrales de gaz naturel pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de moitié.

  • CONTRE: Des séismes provoqués par la fracturation

    <a href="http://oilprice.com/Energy/Natural-Gas/U.S.-Government-Confirms-Link-Between-Earthquakes-and-Hydraulic-Fracturing.html" target="_hplink">Plusieurs tremblements de terre</a> sont liés à la fracturation hydraulique. L'entreprise britannique <a href="http://www.cuadrillaresources.com/cms/wp-content/uploads/2011/11/Cuadrilla-Resources-Press-Release-02-11-11.pdf" target="_hplink">Cuadrilla Resources</a> a notamment admis que le procédé «provoque des événements sismiques mineurs»

  • POUR: Des emplois

    <a href="http://www.treehugger.com/fossil-fuels/facts-on-fracking-pros-cons-of-hydraulic-fracturing-for-natural-gas-infographic.html" target="_hplink">L'industrie du gaz aux États-Unis emploie 1,2 million de personnes</a> et le département américain de l'Énergie estime que les ressources ont augmenté de 65 % grâce au procédé de fracturation hydraulique. De plus, <a href="http://www.bu.edu/energy/files/2011/07/Fracking-article-Sept-14-2011.pdf" target="_hplink">l'industrie évalue les retombées à 385 milliards de dollars aux États-Unis</a>, selon un article de la revue <em>Nature</em>.

  • CONTRE: Les produits utilisés

    Les entreprises n'ont pas à divulguer les produits qu'ils utilisent dans la fracturation hydraulique aux États-Unis. Est-ce aussi le cas au Canada?

  • POUR: Du temps pour développer les énergies renouvelables

    L'ancien chef de cabinet de Bill Clinton et ancien patron du Center for American Progress <a href="http://www.businessweek.com/magazine/could-shale-gas-reignite-the-us-economy-11032011_page_2.html" target="_hplink">John Podesta croit que le gaz naturel peut</a> devenir un pont au 21e siècle vers des énergies renouvelables.

  • CONTRE: Il faut beaucoup d'eau

    La fracturation hydraulique peut requérir jusqu'à <a href="http://www.hydraulicfracturing.com/Water-Usage/Pages/Information.aspx" target="_hplink">20 millions de litres d'eau</a>. Dans certains cas, <a href="http://www.treehugger.com/fossil-fuels/facts-on-fracking-pros-cons-of-hydraulic-fracturing-for-natural-gas-infographic.html" target="_hplink">moins du tiers de l'eau est récupérée</a>.