NOUVELLES

Recours collectif pour harcèlement envers les femmes à la GRC

04/06/2013 04:29 EDT | Actualisé 03/08/2013 05:12 EDT
SRC

VANCOUVER - L'avocat d'une ex-policière de la Gendarmerie royale du Canada alléguant avoir souffert de harcèlement sexuel pendant plusieurs années a affirmé, mardi, qu'il faudra peut-être patienter des années avant que la demande d'un recours collectif ne puisse aller de l'avant.

Janet Merlo, qui a quitté la police fédérale en 2010 après une carrière de 19 ans, a déposé en son nom la demande pour intenter le recours, alléguant qu'elle et ses collègues ont été victimes de discrimination basée sur le sexe, d'intimidation et de harcèlement. Ces femmes soutiennent aussi que l'employeur n'a pu leur assurer un environnement de travail sécuritaire.

La Cour suprême de la Colombie-Britannique a entrepris mardi l'audience sur une demande de recours collectif d'agentes de la GRC.

Or, les procédures sont déjà ralenties par des avocasseries mises de l'avant par les deux parties. Une motion du gouvernement fédéral, notamment, vise à supprimer certaines allégations de Mme Merlo, et risque même d'annuler le recours collectif, puisqu'elle n'aurait pas déposé sa demande dans les temps requis.

Ottawa tenterait ainsi de repousser la tenue du procès, a lancé David Klein, l'avocat de Mme Merlo. Selon lui, le gouvernement fédéral et la GRC devraient plutôt rencontrer Mme Merlo et les autres plaignantes impliquées dans le dossier pour négocier une issue équitable au recours collectif.

Quelque 300 agentes actuelles et ex-policières de la GRC ont approché Me Klein pour témoigner du harcèlement qu'elles ont vécu au sein du corps policier, a-t-il poursuivi.

L'audience qui doit déterminer si le recours collectif est accepté ou non n'aura pas lieu avant le mois de décembre, dans le meilleur des cas, a soutenu Me Klein. Selon lui, il faudra peut-être attendre des années avant que la cause ne soit entendue par un juge, si la demande de recours devait être acceptée.

Jusqu'ici, aucune des allégations n'a été démontrée devant un tribunal. Par le passé, la GRC a souvent nié que du harcèlement et même des agressions sexuelles aient été constatés au sein du corps policier.

Cependant, un rapport interne dévoilé l'année dernière, rédigé après des allégations de harcèlement sexuel, a conclu que selon plusieurs agentes de la GRC, le harcèlement basé sur le sexe était courant au travail.

Bon nombre de ces employées ont ajouté qu'elles avaient elles-mêmes été intimidées par des collègues ou des supérieurs.