NOUVELLES

Des résidents de Lévis à bout de patience

04/06/2013 09:27 EDT | Actualisé 04/08/2013 05:12 EDT

Les résidents de l'ancienne Place de la Vanoise dans le secteur Saint-Romuald à Lévis n'en peuvent plus. Six mois après leur déménagement forcé dans le secteur de Saint-Nicolas, les 170 propriétaires vivent toujours dans des conditions difficiles.

Ces propriétaires de maisons mobiles avaient dû déménager du secteur Saint-Romuald en raison de la vente du terrain pour réaliser le nouveau projet commercial à la tête des ponts. Certains résidents habitaient l'endroit depuis plus de trente ans.

Plusieurs propriétaires déplorent maintenant que les travaux pour les accueillir sur le terrain ne soient toujours pas exécutés malgré leur déménagement près du parc de l'Érablière à Saint-Nicolas. Les rues sont toujours en terre et il est même difficile de circuler en voiture. Le site est boueux et les maisons mobiles sont encore aménagées sur des structures de bois en attendant que le terrain soit prêt.

« Ils sont en train de faire des drains pour écouler le marais. Ça aurait dû être fait avant parce que là il faut qu'ils défassent tous les terrains », déplore Anne Pouliot.

Andréelle Fortin a déménagé le 14 décembre. La dame se dit découragée et à bout de patience après avoir vécu de longs mois dans ces conditions. « Si tu regardes partout c'est la désolation. Je suis déçue, on est comme des otages dans le fond. Dans un zoo, les animaux sont mieux traités que nous autres », affirme-t-elle. 

Pour ajouter à la frustration des résidents, certains d'entre eux ont dû assumer une augmentation de 50 $ à 70 $ par mois pour le coût de location de leur terrain.

Encore des mois d'attente

Le dossier a refait surface, lundi soir, au conseil municipal lorsque le nouveau chef du Renouveau Lévis, Antoine Dubé, a demandé à la mairesse Danielle Roy Marinelli à quel moment les résidents allaient enfin pouvoir vivre dans des conditions convenables.

La mairesse Roy Marinelli affirme que le promoteur Placement D. T. lui a fait la promesse que l'aménagement des rues et des terrains serait terminé au plus tard le 1er août. Elle rappelle que la Ville n'a aucune responsabilité dans ce dossier.

En août dernier, le promoteur se faisait pourtant rassurant envers les citoyens inquiets de déménager. Il promettait de construire un quartier de qualité supérieure à celui de Place de la Vanoise avec des bordures, du pavage, des luminaires, puis des infrastructures de qualité.

PLUS:rc