POLITIQUE

Ottawa lance un programme contre l'intimidation dans les écoles

03/06/2013 07:48 EDT | Actualisé 03/08/2013 05:12 EDT
Getty Images

Le ministre du Patrimoine canadien, James Moore, et la conjointe du premier ministre du Canada, Laureen Harper, ont lancé lundi un projet de lutte à l'intimidation et à la discrimination dans les écoles.

« L'intimidation est un problème sérieux pour de nombreux jeunes et leur famille. Nous croyons qu'il est important d'investir dans un projet axé sur la prévention de ce fléau, a déclaré le ministre Moore. Les jeunes qui y participeront auront la chance de devenir des leaders dans leur école, leur organisme et leur milieu. »

L'annonce a été faite dans le secteur de Kanata, à Ottawa, à l'école que fréquentait le jeune Jamie Hubley, qui s'est enlevé la vie en 2011 après avoir été victime d'intimidation pendant des années parce qu'il avait ouvertement exprimé son homosexualité. Le père du défunt et conseiller à la Ville d'Ottawa (Kanata-Sud), Allan Hubley, a participé à l'annonce.

Le programme sera mis en place par l'entremise de la Croix-Rouge canadienne qui aura pour mission de former des milliers de jeunes afin qu'ils organisent des ateliers contre le harcèlement et l'intimidation dans leur communauté. Dans un premier temps, 2400 animateurs âgés de 13 à 17 ans seront formés à donner des ateliers sur la prévention. Chacun de ces animateurs s'engagera à sensibiliser au moins 20 autres jeunes dans leur collectivité.

« L'annonce d'aujourd'hui répond à nos prières et à nos souhaits de permettre à plus de gens de recevoir cette aide rapidement », a réagi M. Hubley.

Jamie Hubley était le seul élève ouvertement homosexuel à l'école secondaire A.Y. Jackson de Kanata. Selon son père, l'adolescent souffrait de dépression et a été harcelé pendant toute sa vie. Depuis la mort de son fils, M. Hubley plaide en faveur d'une multiplication des services de première ligne pour les enfants victimes d'intimidation.

Lire aussi : Dernier adieu à Rehtaeh Parsons

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper