POLITIQUE

Une motion pour une vérification complète des dépenses des sénateurs

03/06/2013 03:45 EDT | Actualisé 02/08/2013 05:12 EDT
CP

La leader du gouvernement au Sénat, Marjory LeBreton, a annoncé qu'elle déposera une motion demandant une revue complète des dépenses des sénateurs par le vérificateur général du Canada.

« Les Canadiennes et les Canadiens méritent de savoir en tout temps que l'argent de leurs impôts est dépensé de façon judicieuse et dans le respect de la loi », a fait savoir Mme LeBreton.

Dans un communiqué publié lundi, Mme LeBreton demande à ses collègues libéraux d'appuyer sa démarche.

Son homologue du Parti libéral, James Cowan, a indiqué que bien que les libéraux étaient en accord avec l'idée derrière la motion, ils attendraient d'en avoir vu le détail avant de se prononcer.

Il a dit craindre une « tentative de diversion », si l'examen demandé si penchait sur les « dépenses du Sénat » plutôt que sur les « dépenses des sénateurs ».

De son côté, le député néo-démocrate Alexandre Boulerice a estimé que bien qu'une enquête du vérificateur constituait un pas dans la bonne direction, mais il espère toujours que les forces policières s'impliquent dans le processus.

Scandale persistant

Cette annonce fait suite aux scandales de dépenses ayant poussé quatre sénateurs à démissionner de leur caucus respectif.

La question des allocations des sénateurs a secoué Ottawa après la diffusion d'informations sur des remboursements de dépenses injustifiés aux sénateurs Mike Duffy, Patrick Brazeau, Mac Harb et Pamela Wallin.

Le Sénat avait demandé le 1er février à la firme Deloitte de vérifier les réclamations des sénateurs Duffy, Harb et Brazeau.

En vertu des règles, les sénateurs ont droit à une indemnité pour une résidence secondaire à Ottawa. Mais cela, à condition qu'ils maintiennent bel et bien leur résidence principale dans la province qu'ils représentent.

Le 9 mai dernier, le Comité permanent de la régie interne, des budgets et de l'administration du Sénat a décidé que les allocations douteuses des sénateurs Brazeau, Duffy et Harb devaient être remboursées.

Après avoir annoncé qu'il remboursait ses allocations, le sénateur Duffy a annoncé qu'il démissionnait du caucus conservateur et qu'il siégeait désormais comme indépendant.

Le cas du sénateur s'est aggravé et est devenu une crise politique après la découverte que le remboursement de M. Duffy s'était fait grâce à un chèque de Nigel Wright, le chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, qui a démissionné à son tour.

Le 17 mai, la sénatrice Pamela Wallin a annoncé qu'elle quittait aussi le caucus conservateur.