NOUVELLES

Le ministre Peter MacKay presse la Chine d'agir pour contrer les cyberattaques

03/06/2013 05:34 EDT | Actualisé 03/08/2013 05:12 EDT
CP

OTTAWA - Le ministre de la Défense, Peter MacKay, soutient que des balises ont été clairement établies, lundi, quant à la façon dont Pékin devrait s'y prendre pour réduire le nombre de cyberattaques menées depuis son territoire.

M. MacKay a soutenu qu'il avait déclaré à son homologue chinois, le général Chang Wanquan, que le Canada s'attend à ce que Pékin établisse de meilleurs liens avec les autres États et de suivre les règles du jeu en ce qui a trait à internet.

Il s'agit là d'un enjeu que le Canada prend très au sérieux, a poursuivi le ministre MacKay, affirmant avoir établi des «balises» lors de discussions à ce sujet à Pékin. Le ministre a précisé que les attaques délibérées et l'intrusion des systèmes pour commettre des méfaits étaient, «de toute évidence», les dossiers qui inquiétaient beaucoup à Ottawa.

Il dit avoir encouragé le gouvernement chinois à s'investir davantage dans un «cadre répondant à des règles», qui permettrait de protéger les infrastructures informatiques les plus importantes assurant la «libre circulation de l'information».

La visite de M. MacKay survient par ailleurs deux jours après que le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, eut lancé un sévère avertissement à la Chine à propos des cyberattaques, à l'occasion d'une importante conférence sur la sécurité à Singapour. M. Hagel a souligné que certaines menaces informatiques semblaient liées à l'armée et au gouvernement chinois, des propos démentis par Pékin.

Le ministre de la Défense, qui a lui aussi pris part au Sommet annuel de l'Institut international d'études stratégiques sur la sécurité en Asie, soutient avoir pris bonne note des propos de M. Hagel et a demandé à différents ministres s'il y avait «certains sujets qu'ils souhaiteraient voir abordés» à Pékin.

M. MacKay livrera un rapport de son passage à Pékin auprès de ses confrères de l'OTAN, mardi à Bruxelles, où l'enjeu de la cybersécurité sera à nouveau à l'ordre du jour de l'Alliance atlantique.

Il a par ailleurs souligné que le général Wanquan lui avait fait remarquer que la Chine était elle aussi victime de cyberattaques, bien que plusieurs accueillent cette déclaration avec scepticisme.

M. MacKay a toutefois déclaré qu'il avait écouté avec attention son homologue chinois lors de ces discussions, qu'il a qualifiées de «franches». Mais que la Chine soit elle aussi victime de ce genre d'attaques ou non, le gouvernement doit tout de même contrôler ce qui se trame sur la toile, a-t-il plaidé.