POLITIQUE

Action civique de Blainville : Daniel Ratthé pouvait compter sur de généreux donateurs

02/06/2013 07:01 EDT | Actualisé 02/08/2013 05:12 EDT
PC

EXCLUSIF - Le financement du parti municipal que dirigeait au milieu des années 2000 le député Daniel Ratthé, récemment expulsé de la CAQ, soulève des questions, selon les états financiers du parti examinés par Radio-Canada.

La semaine dernière, à la commission Charbonneau, l'ingénieur Roger Desbois soutenait avoir versé 30 000 $ en argent comptant pour la campagne de Daniel Ratthé à la mairie de Blainville en 2005.

Expulsé du caucus de la Coalition avenir Québec le 21 mai, Daniel Ratthé a soutenu qu'il ignorait que son parti avait reçu du financement occulte.

« Je n'ai pas été informé. Je n'ai pas été témoin de cette situation-là », disait-il.

Mais en tant que chef du parti de l'Action civique de Blainville, il était plus difficile pour lui d'ignorer la structure de financement de son parti. Celle-ci a radicalement changé après que Daniel Ratthé ait été nommé à sa tête en 2005.

Depuis sa création, la formation politique recevait surtout de petits dons de quelques centaines de dollars. Mais à partir de 2005, les dons de 1000 $, soit le maximum prévu par la loi, se sont multipliés.

En 2005, 9 donateurs sur 10 ont donné le maximum. En 2006 et en 2007, tous les donateurs ont versé le montant maximal.

« Je n'étais pas responsable du financement du parti, je ne l'ai jamais été », soutient M. Ratthé.

Selon le professeur à l'Institut national de la recherche scientifique Pierre Hamel, qui a étudié les états financiers du parti, la multiplication des dons de 1000 $ n'est pas anodine.

« Ce sont des montants de 1000 $ qui sont souvent donnés par deux personnes habitant la même adresse. Et ce sont des montants assez conséquents. Il y a une année avec 35 montants de 1000 $ qui sont donnés. C'est pas mal d'argent », dit-il.

Parmi les donateurs, on retrouve le président de Poly-Excavation, Marc Lefrançois, qui a été arrêté avec l'ex-maire de Laval, Gilles Vaillancourt, le mois dernier.

De nombreux membres de la famille Giguère, alors associée à l'entreprise de construction Grands Travaux Soter, ont aussi donné chacun 1000 $.

« C'est une hypothèse qui est tout à fait plausible qu'on ait là un cas de ce qu'on a appelé ailleurs le financement sectoriel, soit une entreprise qui finance indirectement une campagne électorale. […] Ça rappelle des cas où en fait c'était l'entreprise qui versait les fonds indirectement en remboursant les gens qui faisaient les chèques en signant de leur nom », poursuit M. Hamel.

Daniel Ratthé admet que les états financiers de son ancien parti peuvent susciter des questions, mais il soutient s'être entouré de personnes de confiance et dit n'avoir soupçonné aucune malversation à l'époque.

« Ça aurait peut-être dû allumer une cloche, je vous le dis. Je n'avais pas l'expérience que j'ai aujourd'hui et on me demandait de me concentrer sur ma campagne électorale », se défend-il.

Rien n'indique que l'ex-parti de Daniel Ratthé ait eu recours à des prête-noms ou à du financement illégal.

Le responsable de son financement à l'époque, Pierre Gingras, n'a pas répondu aux demandes d'entrevue de Radio-Canada.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref
L'UPAC frappe à Laval (9 mai 2013)