DIVERTISSEMENT

Jesse Eisenberg campe un magicien nombriliste dans «Insaisissable» (ENTREVUE/PHOTOS/VIDÉO)

31/05/2013 08:39 EDT | Actualisé 31/05/2013 08:43 EDT
Ismaël Houdassine

En 2010, Jesse Eisenberg épatait le monde avec son impressionnante interprétation dans The Social Network de Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook. Un rôle marquant qui lui a d’ailleurs valu une nomination aux Oscars. Changement de registre avec Insaisissable, le nouveau film de Louis Letterier (Le Choc des titans, L’Incroyable Hulk) dans lequel le comédien porte les habits d’un magicien hors pair, mais oh combien arrogant. À l’occasion de la sortie en salles, Le Huffington Post Québec s’est entretenu avec l’acteur américain.

Toronto – On rencontre Jesse Eisenberg dans une chambre cossue d’un grand hôtel en plein cœur de la Ville Reine. Il se lève poli et nous serre la main. Il nous demande d’où l’on vient tout en nous priant de nous asseoir. Dans le film Insaisissable, l’acteur est loin d’être aussi aimable. Un contre-emploi ?

«C’est très intéressant d’interpréter un personnage qui s’estime le meilleur du monde dans sa catégorie», dit-il en riant. «Dans la vie, je suis une personne qui doute énormément. Quand je joue au théâtre par exemple, je m’entraine des heures et des heures avant chaque représentation. Par contre, dans le film mon personnage semble très sûr de lui lorsqu’il est sur scène».

Pourtant, l’acteur de 29 ans d’origine new-yorkaise s’est visiblement bien amusé dans le rôle de J. Daniel Atlas, un magicien très doué, mais un peu torturé. «J’ai eu beaucoup de plaisir à jouer ce personnage arrogant, loin des rôles que j’interprète en général et qui sont plus intimes. J’ai aimé l’histoire aussi qui ne s’apparente pas du tout à ce genre de films à gros déploiement. Les scénarios y sont trop souvent prévisibles et ennuyants, alors que celui-ci est vraiment étonnant. Et puis, je vous dirais que j’ai été excité à l’idée de jouer aux côtés d’une distribution aussi talentueuse».

En effet, Eisenberg partage l’affiche avec une kyrielle de vedettes hollywoodiennes telles que Michael Caine, Morgan Freeman, Mark Ruffalo ou Mélanie Laurent. Et ce n’est pas tout. En compagnie de Woody Harrelson, Dave Franco et Isla Fisher, l’acteur incarne un des membres de la bande «Les Quatre Cavaliers» considérés comme la plus douée de la planète. «J’ai l’intime conviction que si tu joues un rôle et que tu défends ton personnage – ce qui représente au fond le principal travail d'un acteur — alors le public n'aura pas le choix que de s’attacher au personnage, même si ce dernier fait des choses terribles. Aussi méchant soit-il, on peut toujours s’en sortir si l’on joue un personnage vraiment intelligent».

En ce qui concerne le film, disons que le magicien génial ne fait pas dans la petite magie de comptoir. Avec ses acolytes, l’illusionniste n’hésite pas à braquer une banque lors d’un spectacle où les spectateurs sont invités à devenir les témoins ébahis d’un tour de passe-passe tout fait hallucinant. Alors qu’ils sont à Las Vegas, les magiciens dérobent en direct des millions de dollars dans le coffre d’une institution financière située à Paris! Mais quand vient le tour de prendre la fortune d’un financier véreux pour la redistribuer dans les comptes en banque du public, les brigands se transforment en Robin de bois.

«À la différence de ses camarades, mon personnage se soucie peu des questions éthiques. Il se voit davantage comme un puriste de la magie. Les questions morales ne l’intéressent pas. Il veut d’abord présenter des illusions uniques».

Du reste, Eisenberg pense que la magie et le métier d’acteur ont quelques points en commun. «Vous pouvez lire des livres qui enseignent la comédie, mais rien ne remplacera la pratique quotidienne du jeu, qui ne s’enseigne pas dans les bouquins. En somme, plus vous jouez, mieux vous deviendrez un bon acteur. C’est sensiblement la même chose avec l’univers de l’illusion. Faire un tour de magie peut s’apprendre en cinq minutes. Toutefois, cela prend des années afin de le réaliser avec perfection».

Son expérience dans le film lui a permis de voir la magie d’un autre œil. «Le mystère de la magie m’a toujours frustré, car je suis une personne qui aime savoir comment les choses se construisent. Cette chance de jouer un illusionniste m’a donné la possibilité de comprendre certains tours. Par exemple, j’ai appris à mélanger les cartes et à faire d’autres choses du genre. Vous savez, l’important, ce n’est pas le tour en lui-même. Ce qui compte c’est la crédibilité de votre rôle. Les gens doivent être convaincus qu’ils ont devant eux un véritable magicien».

Insaisissable (Now You See Me) – Les Films Séville / Entertainment One – Thriller – 115 minutes – Sortie en salles le 31 mai 2013 – États-Unis.

INOLTRE SU HUFFPOST

«Insaisissable»