NOUVELLES

Gilles Gougeon quitte Radio-Canada

31/05/2013 01:37 EDT | Actualisé 30/07/2013 05:12 EDT

Le journaliste et animateur de Radio-Canada, Gilles Gougeon, prend officiellement sa retraite après 55 années d'une carrière bien remplie.

Journaliste depuis 1958, Gilles Gougeon a passé la majeure partie de sa carrière au service de la radio et de la télévision de Radio-Canada.

Il s'y est illustré par ses talents de reporter, notamment pour les émissions Format 60, Le 60 et Le Point, et plus tard d'animateur de Tous pour un et bien entendu de La Facture, de 1995 à 2003.

Gilles Gougeon a également animé L'Objectif à Radio-Québec, au début des années 1980.

Au début des années 2000, Gilles Gougeon a successivement animé Le Téléjournal ainsi que l'émission 5 sur 5 avant de se joindre à l'équipe de l'émission d'actualité internationale Une heure sur terre, où il termine sa carrière à Radio-Canada.

Grand voyageur, son métier l'ayant mené dans plus de 40 pays, Gilles Gougeon est aussi un auteur qui a signé plusieurs romans dont : Catalina, Taxi pour la liberté et Katchanga.

Il compte en publier un quatrième, « nourri de ce que j'ai vécu, des gens que j'ai rencontrés ».

Après plus d'un demi-siècle de journalisme, une carrière amorcée dans l'est de Montréal, Gilles Gougeon estime que le défi identitaire marquera le 21e siècle. « Depuis la fin du communisme, les barrières se sont ouvertes », explique M. Gougeon, soulignant que cela entraîne une libre circulation des idées, des personnes et des capitaux.

« Les peuples sont en contact très facilement avec l'Autre, des gens qui ont d'autres valeurs. Cela mène à l'obligation de se définir, d'affirmer et de développer son identité », affirme Gilles Gougeon.

Définir ses valeurs tout en faisant des compromis rend inévitables des crises identitaires, estime M. Gougeon, donnant l'exemple du Québec, société majoritairement francophone qui compte pour seulement 2 % de la population en Amérique du Nord. « Il faut de l'ouverture, mais de la fermeté dans l'affirmation de ce que nous sommes », conclut le journaliste.

PLUS:rc