DIVERTISSEMENT

Ale Dee au National: spectacle-lancement de son nouvel album, «2013 A.D.» (ENTREVUE/VIDÉO)

31/05/2013 12:19 EDT | Actualisé 31/05/2013 12:25 EDT
Jean-François Cyr

MONTRÉAL - Le rappeur québécois Alexandre Duhaime, alias Ale Dee, sera en spectacle au National de Montréal ce vendredi soir, pour lancer son cinquième album intitulé 2013 A.D.. Avec une formule full band l’artiste promet quelque chose de gros.

Ale Dee commence à apprivoiser la plume en 1996. L’année suivante, il forme le groupe Chosen One avec lequel il donnera plusieurs concerts au Québec. Chosen One a notamment assuré la première partie de spectacles d’artistes établis comme, Muzion, Yvon Krevé, FunKy Family ou encore Busta Flex. À l’entrée du troisième millénaire, le rappeur Sir Pathétik (qui vient d’ailleurs de faire paraître un 9e album en 10 ans de carrière, Prisonnier des mots) se greffe à la formation que ses membres rebaptisent Mine de rien. Or, le groupe ne comblera guère les attentes de ses constituants qui se sépareront plus tard.

C’est à cette époque qu’Ale Dee entame sa carrière solo. Il remporte la deuxième place du concours Hip-Hop 4 Ever à Montréal. Une série de concerts voit alors le jour dans le Sud. Deux morceaux de son premier album Mine de rien (2006) inspirent des vidéoclips diffusés à bonne fréquence sur les ondes de Musique Plus. En 2007, Ale Dee prend part à la tournée 93 Tours. Depuis ce temps, il a aligné les albums à un rythme régulier. À ses dires, 2013 A.D. serait le plus réussi, le plus audacieux.

«Sortir de ma zone de confort»

«C’est un des albums que j’aime le plus», explique le chanteur au bout du fil. «Il est fait sans compromis. Souvent dans le passé, j’ai fait des sacrifices. Que ce soit au niveau des paroles ou de la musique. Cette fois-ci, j’ai quand même osé pour arriver à faire un disque (17 chansons) différent. Je suis sorti de ma zone de confort […] J’ai mélangé différents styles. Je ne pense pas que beaucoup d’artistes hip-hop québécois sonnent comme 2013 A.D. […] J’ai par exemple essayé des refrains en anglais et intégré pas mal de rock dans la musique. Ça donne quelque chose d’assez original, je crois.»

C’est son fidèle compagnon Yann Bélanger (depuis trois albums) qui s’est chargé de la guitare. Pour les beats, Al Dee est revenu à des collaborateurs qu’il connaît bien chez les Productions Hotbox: «Sebastien Riscalla et ses gars sont bons avec les beats. Ils se sont chargés de 90 % du travail. Ça m’a permis de me concentrer sur les textes. J’ai mis beaucoup d’énergie sur les paroles. Je traite d’un paquet de thèmes différents. Je passe de textes engagés à des sujets plus personnels, des choses que je vois autour de moi.»

Mélange de beats rap à la sauce franglais (surtout dans la langue de Molière, cela dit), de rock parfois à la limite du hard (la pièce J’reviens de loin a été faite avec l’aide du groupe métal No Rush For A Lie) et de sonorités énergiques, 2013 A.D. saura prendre sa place au sein de la famille hip-hop québécoise. Sa collaboration avec le groupe The New Cities pour la pièce Dites-lui est également à souligner.

Entouré d’un bassiste,d'un batteur, d'un guitariste et d'autres invités spéciaux (une dizaine de personnes au total), Ale Dee, sera sur les planches du National, ce soir à 19h.