NOUVELLES

Un projet immobilier sur l'avenue Cartier divise les commerçants et des résidents

29/05/2013 08:39 EDT | Actualisé 29/07/2013 05:12 EDT

Le développement immobilier qui pourrait voir le jour sur le terrain de l'ancienne station-service Esso, au coin de l'avenue Cartier et du boulevard René-Lévesque, divise dans le quartier Montcalm. Si les commerçants voient d'un bon oeil le projet, certains résidents sont plus réticents en raison de la hauteur de l'édifice.

Le promoteur David Grondin a présenté son projet, mardi soir, au conseil du quartier Montcalm. Le terrain est abandonné depuis plusieurs années, mais l'entreprise Miradas veut y construire un immeuble de six étages avec une trentaine de condos de petite taille, de 400 à 800 pieds carrés.

Grâce à ce projet, le promoteur souhaite que davantage de jeunes puissent devenir propriétaires dans un quartier où l'accès à la propriété est particulièrement difficile en raison des prix. « Moi, ce que je veux, c'est de leur permettre de rester au centre-ville et de vivre ici. D'avoir le cinéma Cartier comme voisin, d'aller chez Provisions inc, d'avoir les Plaines et un milieu de vie exceptionnel avec une terrasse sur le toit », explique le promoteur.

De style très contemporain, l'immeuble comprendrait des façades en verre blanc et gris anthracite du côté de l'avenue Cartier et du boulevard René-Lévesque. Au rez-de-chaussée, un restaurant, un abribus intérieur et une toilette publique seraient aussi aménagés. Le quart du terrain serait également réservé pour aménager une place publique comme l'exige la Ville de Québec.

Éloges et critiques

Lors de l'assemblée publique, plusieurs citoyens ont pris la parole pour critiquer le modernisme et l'amplitude du projet. Certains le jugeaient trop massif, trop haut et lui reprochaient de ne pas cadrer dans le quartier.

De leur côté, les commerçants ont unanimement exprimé leur appui au promoteur. « Ce qui nous fait du bien dans ce projet-là c'est de voir qu'il y a une préoccupation de ramener des gens vers le centre-ville et de nous amener des clients potentiels. On vit des gens qui viennent nous visiter dans le quartier, mais on a toujours besoin de plus. On ne peut que saluer ce projet-là », a dit la présidente de la Société des commerçants de Montcalm, Nathalie Roy.

Quant à la conseillère du district du Vieux-Québec-Montcalm, Anne Guérette, elle aurait souhaité que l'édifice compte un étage de moins pour s'harmoniser davantage au quartier. « Oui, on peut densifier les quelques terrains qui restent, mais pourquoi y aller aussi fort. A-t-on vraiment besoin de ça? Moi, c'est la hauteur qui me dérange. C'est toujours la même chose que je dis au promoteur depuis le début », a exprimé Mme Guérette.

Le promoteur affirme toutefois que la construction d'un immeuble de quatre étages plutôt que six compromettrait la possibilité d'offrir des condos abordables.

S'il va de l'avant, le projet nécessitera changement de zonage puisque la hauteur maximale autorisée est de quatre étages dans le secteur. La population sera consultée et la tenue d'un référendum sur le projet n'est pas exclue.

PLUS:rc