NOUVELLES

Panne du coffre-fort virtuel...deux jours après sa mise en service

29/05/2013 01:09 EDT | Actualisé 28/07/2013 05:12 EDT

Deux jours à peine après sa mise en service, le coffre-fort virtuel de la Ville de Québec connait des ratés. Mardi, un serveur du système informatique d'Almerys, situé à Paris, a cessé de fonctionner et le service a été complètement interrompu.

« Les données n'ont pas été altérées. On travaille en toute sécurité. Il n'y a aucun souci de ce côté-là, mais le service a été interrompu », précise Jean-Marie Tirebois, directeur du développement chez Asentri, responsable de la commercialisation du produit d'Amelrys en Amérique du Nord.

La Ville a néanmoins été forcée d'annuler les rendez-vous des gens qui souhaitaient participer au projet-pilote.

Jusqu'ici, seulement 500 personnes ont manifesté leur intérêt pour le coffre-fort virtuel. La Ville espérait pourtant recruter 30 000 volontaires. L'entreprise française s'est rapidement ravisée. Elle vise maintenant de 15 à 20 000 utilisateurs d'ici la fin de l'année. Jean-Marie Tirebois reste optimiste. « On va avoir les 30 000. C'est sûr, mais on va les avoir de manière échelonnée. J'espère que ce sera un succès », dit-il.

Par ailleurs, le directeur du développement chez Asentri affirme que des employés sont déjà en poste à Québec pour gérer le projet et que d'autres embauches sont à venir.« À Québec, d'or et déjà, Asentri on est 6,7 personnes et on va recruter 5, 6 personnes pour pouvoir supporter la Ville de Québec », dit-il.

Le système de partage de données de la firme Almerys, une filiale du géant français Orange, permet notamment aux abonnés de payer leurs contraventions ou de demander un permis à partir d'un ordinateur ou d'un téléphone intelligent. Les signatures sur ces documents numérisés auraient une valeur légale. La Ville de Québec injectera près 2,5 millions de dollars dans le projet.

PLUS:rc