NOUVELLES

Allocations au sénateur Duffy : les conservateurs attendus de pied ferme aux Communes

27/05/2013 10:04 EDT | Actualisé 27/07/2013 05:12 EDT

Les partis d'opposition attendent avec impatience le retour du premier ministre Stephen Harper aux Communes cette semaine, où le chef du gouvernement devra s'expliquer sur les dépenses de logement controversées que son bureau a remboursées au sénateur Mike Duffy.

Les explications du chef conservateur sont attendues à la suite d'une absence de deux semaines à la Chambre des communes pendant lesquelles sont parti a essuyé les contrecoups d'un scandale impliquant directement le bureau du premier ministre. Stephen Harper était absent notamment en raison d'une pause parlementaire et d'un voyage en Amérique latine.

Le premier ministre ne croisera pas le fer lundi avec le chef du NPD, Thomas Mulcair, et le chef libéral, Justin Trudeau, car M. Harper ne sera pas présent en Chambre. Le premier ministre est d'ailleurs rarement en Chambre le lundi.

Les conservateurs auront droit malgré tout à une offensive de l'opposition, même en l'absence de leur chef.

Au gouvernement, les troupes de Stephen Harper se débattent depuis plusieurs jours avec ce scandale impliquant le remboursement au sénateur Mike Duffy de 90 000 $ de dépenses de logement injustifiées par le bureau du premier ministre Stephen Harper.

Les conservateurs pressent le Sénat d'agir

Dans les rangs des conservateurs, on tente de limiter les dégâts et de reprendre la situation en main en insistant sur l'adoption rapide de règles plus strictes pour les sénateurs.

Il y a quelques jours, un comité du Sénat a proposé de modifier le système pour exiger des sénateurs davantage de détails et de pièces justificatives relatives à leurs dépenses.

Le comité a également proposé de limiter les indemnités quotidiennes ainsi que le nombre de voyages payés aux sénateurs.

Jusqu'ici, les demandes de règlement de dépenses et de voyage des sénateurs reposaient sur l'honneur. Par exemple, ils n'ont pas à présenter de pièces justificatives ou de reçus pour plusieurs dépenses dont les courses en taxi.

Mais dimanche, la leader du gouvernement au Sénat, Marjory LeBreton, a multiplié les interventions pour inciter ses collègues sénateurs à adopter le plus vite possible cette proposition.

Selon Mme LeBreton, si aucun virage n'est amorcé par le Sénat pour assainir ses pratiques en matière de dépenses, l'institution court à sa propre perte, soit à son abolition.

Une tentative de diversion, selon l'opposition

Le leader de l'opposition au Sénat, James S. Cowan, assure de son côté qu'il est pour un resserrement des règles, mais selon lui, les démarches poussées par les conservateurs au Sénat constituent davantage une diversion pour détourner l'opinion publique du bureau du premier ministre Harper.

D'après le compte-rendu de Madeleine Blais-Morin

PLUS:rc