NOUVELLES

L'équipe de Richard Bergeron attaque l'intégrité de Denis Coderre

26/05/2013 01:23 EDT | Actualisé 25/07/2013 05:12 EDT

L'organisateur de la campagne de Projet Montréal, Raymond Guardia, a remis en question l'intégrité de Denis Coderre devant les militants de Projet Montréal réunis en congrès ce week-end.

« J'ai le goût de dire, s'il y a un scandale, Denis Coderre est pas trop loin de la table d'honneur. Pour que Denis Coderre devienne le prochain maire de Montréal, il faut que les gens oublient qui est le vrai Denis Coderre. S'il réussit, il gagne, s'il réussit pas, il perd », a lancé M. Guardia.

Celui qui a dirigé la campagne du Nouveau Parti démocratique au Québec lors de l'élection de mai 2011 a affirmé que Denis Coderre avait déjà reçu des dons de personnes douteuses, a fait des associations entre le député libéral fédéral et les commissions Charbonneau et Gomery, et a même laissé entendre que l'organisation de Denis Coderre a reçu des enveloppes brunes.

Même si Denis Coderre n'a pas été accusé de fraude et que ce dernier dément toutes les allégations à son sujet, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a cautionné les propos de son organisateur.

« Monsieur Guardia a rappelé des choses que tout le monde ont vues, des choses qui ont été entendues, qui ont été affirmées, certaines dans des déclarations solonnelles à la Commission Charbonneau », a affirmé Richard Bergeron, ajoutant qu'« il faut quand même que la population sache la vérité ».

Le parti rebaptisé

Les militants du parti de Richard Bergeron ont par ailleurs changé le nom de leur formation en vue des élections municipales de novembre.

Projet Montréal portera désormais le nom de Projet Montréal - Équipe Bergeron. Ce changement vise à éviter toute confusion entre les différentes formations politiques montréalaises. Le nom de Richard Bergeron figurera donc sur les bulletins de vote, tout comme ceux de Denis Coderre et de Louise Harel pour leur parti respectif.

La décision ne fait pas l'unanimité parmi les militants. « On est content d'avoir Richard Bergeron et on va le mettre de l'avant pour la campagne à la mairie, mais pour moi le nom d'un parti, c'est invariable », pense par exemple la militante Nima Machouf.

Le maire de l'arrondissement Rosemont - La Petite-Patrie, François Croteau, explique : « Projet Montréal va demeurer le nom du parti. On fait ce changement strictement pour la question du vote du 3 novembre prochain, afin que les gens aient une idée plus claire de leur coupon de vote ».

Bien que leur parti tire de l'arrière dans les sondages, M. Bergeron et son équipe sont confiants en vue des prochaines élections. Ils souhaitent voir un débat à deux entre Richard Bergeron et Denis Coderre; un scénario qui écarterait Louise Harel.

Mme Harel a par ailleurs dénoncé samedi le maraudage opéré par Projet Montréal envers les candidats de son parti, Vision Montréal. Richard Bergeron espère convaincre des membres de la formation adverse de se joindre à son équipe.

À cinq mois des élections municipales, Denis Coderre dit avoir une oreille attentive et vouloir, lui aussi, attirer des candidats des autres partis.

Avec les informations de François Cormier

PLUS:rc