NOUVELLES

G-B: une force anti-terroriste est mise sur pied après le meurtre d'un soldat

26/05/2013 08:05 EDT | Actualisé 26/07/2013 05:12 EDT
ITV/BietLe

LONDRES - L'un des deux suspects dans le meurtre sordide d'un soldat britannique à Londres avait été arrêté en 2010 au Kenya, près de la frontière somalienne, a affirmé un agent anti-terroriste, dimanche.

Michael Adebolajo aurait alors été sur le point de rejoindre le groupe somalien des Shebabs, lié à al-Qaïda, mais a été arrêté avec cinq autres individus, a précisé le directeur de l'escouade anti-terrorisme du Kenya, Boniface Mwaniki.

Cette confirmation survient peu de temps après que la police de Londres eut confirmé une autre arrestation relativement au meurtre de Lee Rigby, un militaire 25 ans. La police n'a pas fourni d'autres détails sur l'homme soupçonné de complot dans cette affaire, se contentant d'indiquer qu'il est âgé de 22 ans.

Son arrestation fait suite à celle de trois autres individus, âgés entre 21 et 28 ans, qui ont été interpellés tard samedi à Londres.

Lee Rigby, qui a servi au sein de l'armée britannique en Afghanistan, a été poignardé à mort mercredi dernier par deux suspects dans une rue du sud-ouest de Londres, en plein jour. Michael Adebolajo, 28 ans, et Michael Adebowale, 22 ans, sont les deux principaux suspects dans cette affaire. Ils sont toujours hospitalisés sous surveillance policière après avoir été atteints des balles des policiers, quelques minutes après le meurtre du soldat Rigby.

M. Mwaniki a expliqué que Michael Adebolajo avait été déporté vers la Grande-Bretagne dans la foulée de son arrestation, en 2010. Le porte-parole du gouvernement kenyan a de son côté mentionné que l'homme avait été arrêté sous une identité différente, et avait comparu en cour avant d'être remis aux autorités britanniques.

«Le gouvernement du Kenya avait procédé à l'arrestation de Michael Olemindis Ndemolajo. Nous l'avons remis aux agents de sécurité britanniques au Kenya et il semble qu'il se soit rendu jusqu'à Londres, où il est devenu Michael Adebolajo», a soutenu le porte-parole Muthui Kariuki, ajoutant que le gouvernement kenyan ne pouvait être tenu responsable de ce qui lui est arrivé après l'avoir remis aux autorités britanniques.

Par ailleurs, la Grande-Bretagne s'apprête à lancer une nouvelle force spéciale anti-terrorisme pour garder à l'oeil les prédicateurs radicaux et les extrémistes dans la foulée du meurtre sordide d'un soldat britannique en pleine rue, à Londres.

L'équipe devra déterminer si de nouveaux pouvoirs ou d'autres lois sont nécessaires pour réprimer les leaders religieux qui tiennent des discours extrémistes et recrutent de possibles adhérents dans les prisons, les écoles et les mosquées.

Le groupe comprendra des ministres chevronnés, le chef de la police de Londres et le directeur du MI5, le service du renseignement national.

L'annonce de dimanche survient moins d'une semaine après qu'un jeune militaire de 25 ans, Lee Rigby, eut été poignardé à mort par deux hommes dans un quartier du sud-ouest de Londres.

Des leaders musulmans conservateurs ont identifié l'un des deux suspects comme étant Michael Adebolajo, qui se serait converti à l'islam il y a quelques années pour prendre part aux activités organisées par le groupe radical britannique al-Muhajiroun.

INOLTRE SU HUFFPOST

(GRAPHIC WARNING) Woolwich attack: Lee Rigby Murder